Home Blog

MEURTRES À LA UNE : Le quotidien du crime à Paris en 1900

0
Unicode

Paru le 27 janvier 2023, ce nouvel ouvrage de Pierre PIAZZA intitulé : meurtres à la une, le quotidien du crime à Paris en 1900 va ravir de nombreux passionnés d’affaires criminelles.

Pour tenter de gagner un livre, abonnez-vous à notre page facebook ou notre compte twitter et partagez notre publication (tirage au sort le lundi 13 février 2023).

Bien qu’au premier abord des dossiers criminels du début du 20ème siècle pourraient paraître peu attractifs, il serait dommage de ne pas découvrir ce livre de 247 pages qui aborde de très belle manière 20 affaires criminelles ayant eu lieu entre 1900 et 1914 sur Paris et ses environs.

La force de cet ouvrage est de nous replonger complètement et rapidement dans chaque dossier grâce à une brève présentation des faits, des protagonistes et des lieux du crime. En quelques pages, on découvre ainsi un fait criminel marquant, illustré des photos de l’Identité Judiciaire Parisienne et des coupures de presse de l’époque. On peut suivre les investigations, découvrir les suspects et leur profil criminel et ainsi tenter de mieux comprendre leurs motivations.

20 faits criminels passés à la loupe

Mme Groetzinger a-t-elle tué son mari sous l’action d’une passion amoureuse dévastatrice ou l’a t’elle assassiné froidement dans son sommeil ? Elise Popesco s’est elle suicidée ou a-t-elle été tué par son amant ? Pierre Renard est il coupable du meurtre d’Auguste Rémy ou est-il victime d’une erreur judiciaire ?

Souvent, ce sont des cambriolages qui tournent mal avec des délinquants qui veulent la jouer “à la dure” en violentant la victime. Il peut aussi s’agir d’une querelle familiale, de crimes gratuits ou sadiques avec des modes opératoires particulièrement violents : coups de couteau, coup de feu, coup de marteau, strangulation.

Photographies face/profil des principaux protagonistes de l’affaire Falla (1905). © Metropolitan Museum of Art

Pour chaque affaire, l’auteur présente le ou les inculpés puis donne les peines prononcées – souvent inégales – en fonction du jury ou de l’atrocité des faits. Dans quelques cas, le ou les principaux suspects sont relâchés et ces affaires viendront alimenter les futurs cold case, comme par exemple le meurtre sauvage des époux mathieu en 1909.

Un livre richement illustré par des photos du service d’Identité Judiciaire Parisien

Vue d’un cadavre prise par renversement à l’aide d’un appareil « plongeur ». On peut notamment voir la sacoche qui a été vidée, les jambes encordées et les armes du crime à proximité de la tête : marteau, couteau et fer à repasser (1910). © APP(Archives de la Préfecture de police de Paris) YB8/39

Deux sources riches et complémentaires ont été exploitées : la presse à grand tirage et les travaux des services d’Identité Judiciaire Parisiens de l’époque.

Via la presse, on découvre une fascination des citoyens – ou de la société en général – pour les faits criminels. Les journaux qui évoquent ces faits divers y voient sans doute une manne financière, puisque leurs récits attirent de nombreux adeptes. Et pour attirer encore plus de lecteurs, la presse publie régulièrement les portraits des inculpés ou des iconographies colorées représentant les modes opératoires de ces “monstres”. Non sans répercussion puisque ce traitement quotidien génère de l’angoisse et vient exacerber le risque criminel, voire même l’inspirer selon quelques détracteurs !

Il est intéressant de constater que les débats d’époque ressemblent étrangement aux débats nationaux contemporains : la justice est-elle trop clémente voire laxiste ? Y a t-il des individus protégés de part leur fonction ? L’action de la police est-elle efficace ? Comment peut-on lutter face à la délinquance juvénile et à l’insécurité ?

Mais la source la plus objective et la plus pertinente reste sans aucun doute celle des archives de la police scientifique. En effet, c’est durant cette même période que la police technique et scientifique a connu un essor important dans la capitale sous l’impulsion du service de l’identité judiciaire dirigé par Alphonse Bertillon.

Appareil utilisé par le SIJ (service de l’identité judiciaire) pour révéler des traces et les agrandir
afin d’en faciliter l’exploitation.© SRPTS (service régional de police technique et scientifique) de Paris

Alors qu’en 1900 les aveux sont encore rois, ce service prend soin de documenter les homicides commis à Paris et ses alentours en figeant les scènes de crime par des photographies métriques et des plans et en relevant les premières traces papillaires. On pourra ainsi découvrir l’identification d’une trace plantaire dès 1916 !

Retrouvez ce nouveau livre ici : meurtres à la une, le quotidien du crime à Paris en 1900

A propos de l’auteur : Pierre Piazza est Maître de Conférences en Science politique à l’Université de Cergy-Pontoise et membre du CESDIP/LEJEP. Spécialiste de la socio-histoire des dispositifs étatiques d’identification et de leurs enjeux, il a publié de nombreux ouvrages et articles sur le bertillonnage, la dactyloscopie, les fichiers de police et la biométrie.

Un article de Benoit de MAILLARD pour © www.police-scientifique.com

Arrêté du 1er janvier 2023 autorisant au titre de l’année 2023 l’ouverture d’un examen professionnel pour l’accès au grade de technicien de police technique et scientifique de la police nationale et fixant le nombre de postes

0

Cette année de nombreux ASPTS vont pouvoir prétendre au grade de technicien de PTS grâce à un examen professionnel et un passage massif de 292 candidats !

Publication d’un arrêté au 1er janvier 2023 pour l’examen professionnel de TPTS

Par arrêté du ministre de l’intérieur et des outre-mer en date du 1er janvier 2023, est autorisée, au titre de l’année 2023, l’ouverture d’un examen professionnel pour l’accès au grade de technicien de police technique et scientifique de la police nationale.

Les candidats pourront s’inscrire à compter du 16 janvier 2023 selon les modalités suivantes :

– par voie électronique sur le site internet du recrutement de la police nationale « www.devenirpolicier.fr », ou sur le site intranet de la direction centrale du recrutement et de la formation de la police nationale. La date limite de validation des formulaires d’inscription est fixée au 17 février 2023, 18 heures (heure de Paris) ;

– en cas d’impossibilité d’inscription en ligne, l’envoi d’un dossier de candidature papier reste possible.

Le dossier d’inscription imprimé et dûment complété devra être renvoyé au secrétariat général pour l’administration du ministère de l’intérieur ou au secrétariat général pour l’administration de la police dont dépend géographiquement le candidat. La date limite de dépôt ou d’envoi des dossiers complets est fixée au 17 février 2023 à minuit, heure de Paris (le cachet de la poste faisant foi).

Les candidats devront veiller à demander leur dossier d’inscription suffisamment tôt pour tenir compte des délais d’acheminement du courrier.

Tout dossier papier parvenant dans une enveloppe portant un cachet de la poste postérieur au 17 février 2023 ou parvenant après cette date dans une enveloppe ne portant aucun cachet de la poste ou parvenant par tout autre mode d’envoi non postal (courriel, télécopie) sera refusé.

Les dossiers d’inscription pourront être retirés auprès des secrétariats généraux pour l’administration du ministère de l’intérieur de l’Est, du Nord, de l’Ouest, du Sud et de la délégation régionale de Toulouse, du Sud-Est, du Sud-Ouest, de la zone de défense et de sécurité de Paris, ou des secrétariats généraux pour l’administration de la police de Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, La Réunion et Saint-Pierre-et-Miquelon ou par téléchargement sur le site internet du recrutement de la police nationale « www.devenirpolicier.fr », ou sur le site intranet de la direction centrale du recrutement et de la formation de la police nationale.

Les candidats inscrits dans les délais reçoivent par courrier postal ou par voie électronique une convocation nominative indiquant la date, l’heure et le lieu de l’épreuve orale unique d’admission ainsi que les différentes consignes relatives au bon déroulement de ce recrutement.

Les candidats n’ayant pas reçu leur convocation au plus tard dix jours francs avant la date de l’épreuve orale unique d’admission de l’examen doivent se rapprocher sans délai de la division de l’organisation des concours et des dispositifs promotionnels à Clermont-Ferrand ou du bureau du recrutement du secrétariat général pour l’administration du ministère de l’intérieur ou du secrétariat général pour l’administration de la police dont ils dépendent géographiquement.

Le défaut de réception des convocations ne pourra engager la responsabilité du service organisateur.

Conformément aux dispositions du décret n° 2020-523 du 4 mai 2020 relatif à la portabilité des équipements contribuant à l’adaptation du poste de travail et aux dérogations aux règles normales des concours, des procédures de recrutement et des examens en faveur des agents publics et des candidats en situation de handicap, les candidats demandant un aménagement d’épreuves doivent transmettre un certificat médical, établi par un médecin agréé, au plus tard trois semaines avant le déroulement de l’épreuve soit le 6 mars 2023.
L’épreuve orale unique d’admission se déroulera à compter du 27 mars 2023, dans les centres d’examen mis en place par les secrétariats généraux pour l’administration du ministère de l’intérieur de l’Est, du Nord, de l’Ouest, du Sud et de la délégation régionale de Toulouse, du Sud-Est, du Sud-Ouest, de la zone de défense et de sécurité de Paris, et par les secrétariats généraux pour l’administration de la police de Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, La Réunion et Saint-Pierre-et-Miquelon.

Le nombre total de postes offerts est fixé à 292.

Les candidats à l’examen professionnel devront établir, pour l’épreuve orale unique d’admission d’entretien avec le jury, un dossier de reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle conforme au modèle disponible sur le site internet du recrutement de la police nationale « www.devenirpolicier.fr », ou sur le site intranet de la direction centrale du recrutement et de la formation de la police nationale, qu’ils transmettront en deux exemplaires papier par voie postale au plus tard le 17 février 2023 à minuit, heure de Paris (le cachet de la poste faisant foi) au secrétariat général pour l’administration du ministère de l’intérieur ou au secrétariat général pour l’administration de la police dont ils dépendent.

Dates des concours de technicien et de technicien principal de police scientifique 2023

0
Stock photography of forensic scientist on a crime scene collecting evidence

Chaque année de nombreux postulants se posent la même question :

Quelles sont les dates du concours de technicien de police scientifique session 2023 ?

Il faut souvent attendre mars ou avril de l’année en cours pour connaître ces fameuses dates de concours ! Pas facile de se préparer sereinement quand les dates de concours sont publiées un ou deux mois avant l’épreuve écrite !

En janvier 2023, le site officiel devenirpolicier.fr a publié les dates bien plus tôt que prévu, et c’est une bonne nouvelle pour mieux se préparer au concours !

Dates pour le concours de Technicien de PTS 2023

Inscription : du 17 au 22 avril 2023
Admissibilité : le 27 juin 2023
Admission : à partir du 25 septembre 2023

Dates pour le concours de Technicien Principal de PTS 2023

Inscription : du 20 mars au 21 avril 2023
Admissibilité : les 20 et 21 juin 2023
Admission : à partir du 09 octobre 2023

Au travail maintenant pour préparer au mieux ces concours et réussir à intégrer la police scientifique !

Un article de Didier PORTE pour © www.police-scientifique.com

Il était une fois la police scientifique : prélever, analyser, comparer, innover 

0

C’est sur une thématique originale que s’articule ce nouveau (et beau) livre dédié à la police scientifique.

Il est possible de se procurer se livre dans toutes les librairies mais aussi de le commander sur le site de l’éditeur ou sur toute autre librairie en ligne.

Cet ouvrage surprend par son approche inédite, s’articulant autour de quatre grandes thématiques: prélever, analyser, comparer et innover.

Ces quatre mots se suffisent pour décrire et englober les actions et missions de la Police Technique et Scientifique en France.

Chaque terme est à son tour décliné en sous-chapitres, où chaque lecteur pourra approfondir les thèmes évoqués au gré de superbes photos (parfois en double-page), étayées de focus reprenant les grandes dates de cette discipline, le jargon utilisé, les séries télévisées, etc…

Contenu du livre : il était une fois la police scientifique

Passé la présentation des différents services disséminés en France et leurs rôles respectifs, on entre dans le vif du sujet avec le 1er chapitre :

Prélever : c’est le terrain. Les scènes d’infraction où l’on découvre le travail méticuleux des agents avec en fil rouge, le portrait de Maud, technicienne en chef à Lyon. Cette professionnelle aguerrie évoque ce travail fastidieux de gestion de délinquance de masse permettant d’apporter un maximum de preuves à l’officier de police judiciaire. C’est également, Eddie, ingénieur que l’on découvre et qui nous fait partager son parcours atypique et sa passion sans faille pour la profession.

Analyser : partie dédiée aux différents laboratoires de police scientifique et leurs spécialités trop souvent méconnues. C’est accompagné de Sandrine, que l’on découvre la section chimie microtraces du laboratoire scientifique de Paris, ou encore David de la section balistique qui évoque son travail si particulier sur les armes qu’il reçoit.

Comparer : on y retrouve là, les fichiers (FAED, FNAEG, FNIB) dont les créations riment souvent avec de grandes affaires policières, avec une présentation de l’odorologie. Technique d’identification validée comme une preuve depuis 2016. Là ce sont Fabienne, technicienne en chef et Claire ingénieure en chef qui vont évoquer leurs parcours. Toujours atypiques et pétris de cette passion commune que l’on retrouve dans le portrait de chaque protagoniste.

Innover : Ce sont les projets qui permettront de rivaliser en prouesses technologiques pour être encore et toujours plus performants face à la délinquance. On découvre dans ce récit le Bureau de l’Innovation en charge d’accompagner de nombreux projets innovateurs : le virtuel, la 3D, l’audio, la vidéo, etc…

C’est Laurianne, ingénieure qui nous présente son parcours et nous fait découvrir son travail peu commun autour de l’audio. C’est aussi Romain, technicien principal qui lui, œuvre notamment à l’évolution du portrait robot génétique. Autant de techniques nouvelles qui pourront donner un autre éclairage sur les nombreux cold-cases en attente.

C’est là un beau livre que l’on a entre les mains, une présentation soignée, des photos de grande qualité, et des informations actuelles dont les portraits évoqués apportent une dimension humaine indispensable pour mieux comprendre les motivations et la passion engendrée par cette profession. Le cadeau idéal pour les passionnés autant que pour les novices. Commander ce livre en ligne ici.

Un article de Norbert FLEURY pour © www.police-scientifique.com

Formation initiale d’un TPTS : le tronc commun

0
Prise de notes formation police scientifique
Prise de notes formation police scientifique

formation police scientifiqueLa formation d’adaptation au métier de technicien de police scientifique comprend  une formation dispensée actuellement à l’ENP (école nationale de police) de Nîmes. Elle est appelée « tronc commun » car elle est généraliste et destinée à tous les personnels de la police scientifique, quels que soient leurs grades et spécialités.

 

I- Déroulement de la formation

     I-A- Délai entre affectation et convocation au tronc commun

     Un lauréat du concours est convoqué pour suivre cette partie de la formation initiale le plus tôt possible après son affectation. Le délai avant la convocation dépend des dates des sessions de formation et des places disponibles, mais survient généralement dans les premiers mois après la prise de poste.

     En cas de difficultés personnelles justifiées, un agent peut solliciter un report pour suivre une session ultérieure. Cette demande est alors étudiée par l’administration qui a la liberté d’accepter ou refuser.

     I-B- Durée, lieu de formation et indemnisation financière

     Actuellement, cette formation est dispensée à l’ENP de Nîmes, où les stagiaires sont logés. Elle dure 6 semaines pour les Techniciens de Police Technique et Scientifique. Les Techniciens Principaux et les ingénieurs de PTS suivent 2 semaines supplémentaires de formation managériale.

     Les cours ont lieu du lundi au vendredi midi, en général entre 8h30 et 11h30 le matin et 14h à 17h30 l’après-midi.

     Les stagiaires ont la possibilité de loger gratuitement sur place le week-end ou de rentrer chez eux à leurs frais.

     Une indemnisation est prévue pour compenser les frais d’un aller-retour à Nîmes, et les stagiaires sont nourris gratuitement à l’ENP.

     I-C- Futur possible de la formation initiale en police scientifique

     La formation actuelle pourrait être réformée à l’avenir. En effet, un projet de création d’une académie de police a été évoqué. Si elle voyait le jour, les lauréats du concours seraient formés pendant un an préalablement à leur affectation dans un service de police scientifique.

Rejoignez notre communauté sur facebook pour être informés des nouveautés.

II- Contenu pédagogique du tronc commun de la formation initiale en police scientifique

     II-A- Environnement professionnel du policier scientifique

     Cette partie du programme permet aux stagiaires de comprendre rapidement leur nouvel environnement professionnel. Elle leur donne les bases pour s’y retrouver facilement au sein d’une organisation vaste, complexe et pleine d’acronymes !

Sont abordées notamment :

  • l’organisation de la police nationale : les différentes directions, les types de services et leurs rôles ou encore leur organisation hiérarchique. Le SNPS, Service National de la Police Scientifique, y est notamment présenté.

  • la communication écrite (rédaction de rapport administratif…) et orale

  • la déontologie et la sensibilisation à la lutte contre les discriminations

     II-B- Sécurité et santé au travail

     Ce sujet permet d’aborder des thèmes autour de notions sur la sécurité et la santé psychologique au travail, comme :

  • les risques psychosociaux

  • une formation PSC1 (prévention et secours civique)

  • des notions sur la gestion du stress

  • une partie sur la confrontation à la mort

     II-C- Formation de base en droit

     Le tronc commun comprend une importante formation (plus de 30h) sur le droit pénal et la procédure pénale. Celle-ci permet aux nouveaux membres de la police scientifique d’avoir une bonne culture de l’enquête judiciaire. En effet, des notions importantes pour comprendre son rôle au sein de l’enquête policière y sont dispensées.

     II-D- Notions en Police Technique et Scientifique

     Quelques cours concernant le travail du policier scientifique font également partie du stage. Par exemple :

  • le déroulement des constatations techniques et les rapports types

  • la signalisation (prise de photos, relevés d’empreintes, prélèvement d’ADN dans certains cas, enregistrement d’informations concernant les mis en cause)

  • les examens techniques, le fonctionnement des réquisitions

     II-E- Ressources humaines

     Une partie sur les ressources humaines permet aux stagiaires d’acquérir les notions de base nécessaires à la gestion de leur carrière, mais également à pouvoir être référent dans le cas où ils auraient à gérer une équipe.

     II-F- Sécurité des personnels scientifiques en intervention

     Depuis peu, un module fournit quelques bases de self-défense et des notions pour savoir réagir face à des situations de danger en intervention, ainsi que la formation à l’utilisation de la bombe aérosol lacrymogène dont les services de PTS sont dotés depuis peu.

     Un entraînement à l’utilisation de l’acropol, la radio police, fait également partie de la formation.

         II-G- Management

     Deux semaines supplémentaires de formation au management sont prévues pour les techniciens principaux de police technique et scientifique (TPPTS) et les ingénieurs de police technique et scientifique (IPTS).

      Et vous? Souhaitez-vous nous rejoindre dans ce passionnant métier de la police technique et scientifique? Découvrez notre préparation au concours dédiée !

Technicien de police scientifique : la première année, une année de stage

0
Gestion scene de crime

Quelle classe de dégainer ses lunettes de soleil comme Horacio Caine ou de pondre une déduction Holmesienne comme Gil Grissom ! Mais même ces experts de scènes de crimes ont dû faire leurs débuts dans le monde des sciences forensiques.
Et dans le monde réel, comment se passe la première année de carrière d’un Technicien de PTS?
Quid des conditions de travail, des formations, du quotidien pour un policier scientifique débutant?

I- Prise de poste et stage

     Comme vous pouvez le lire dans l’article après le concours de technicien de police technique et scientifique, si vous êtes lauréat du concours, vous débutez directement votre carrière en étant affecté dans votre service définitif (tant que vous ne mutez pas ni ne passez d’autres concours).
Mais l’intégration effective dans la fonction publique nécessite de valider une année de stage.
Après avoir démontré pendant cette période votre aptitude à exercer le métier, vous serez titularisé.

Mais en quoi consiste concrètement cette année de stage ?

II- Travail quotidien et formations pendant l’année de stage

     II-A- Missions du stagiaire

     La mission principale du stagiaire est de faire le café pour le service…
Enfin non, ça c’est ce que certains anciens essayent de faire croire ! Dans la majorité des services de PTS, vous aurez les mêmes missions que vos collègues. Ils vous expliqueront le travail quotidien, et vous les accompagnerez et les aiderez dans les différentes tâches. C’est une partie de l’apprentissage.

     II-B- Formation du stagiaire

     On distingue deux types de formations officielles en PTS :

    1. le tronc commun (à l’école de police de Nîmes): destiné à présenter aux stagiaires leur environnement professionnel et quelques notions fondamentales.

    2. le stage « partenaires » en région : au cours duquel différents services partenaires font découvrir leur activité aux stagiaires.

    3. un module d’adaptation au métier qui dépend du poste occupé (en distanciel + présentiel à Ecully): il a pour but de former et habiliter le policier scientifique aux tâches dévolues à son poste.

  • la formation continue : tout au long de votre carrière, vous aurez la possibilité de postuler pour des formations dans divers domaines de la PTS, mais aussi hors PTS. Ainsi, vous pourrez aussi bien suivre une formation pour réaliser des portraits-robots qu’un stage de perfectionnement en anglais. Il pourra s’agir de formations en présentiel (ayant souvent lieu à Ecully, en banlieue lyonnaise), en distanciel depuis le service ou le domicile, ou un mix des deux.

     Mais il existe un biais de formation officieux :

  • la formation au service: celle que vous pourrez recevoir de vos collègues au quotidien. Elle complète l’offre officielle de formation.

     En tant que stagiaire, vous suivrez le plus rapidement possible la formation initiale et vos collègues vous formeront au service. Vous n’aurez pas encore accès à la formation continue.
Concrètement, vous travaillerez dans votre service plus ou moins longtemps avant d’être convoqué pour la formation à Nîmes.

     II-C- Horaires et astreintes du stagiaire

     Vous aurez le même régime horaire que vos collègues lors de vos journées de travail classiques. En revanche, les horaires officiels sont généralement différents pendant les périodes de formations. La journée se termine souvent à 16h30.

     Lorsque vous aurez obtenu les habilitations vous permettant d’assurer des astreintes, vous serez intégré dans le planning. Pour les astreintes, la plupart des services organisent une période d’adaptation en plusieurs temps :

  • accompagner le collègue d’astreinte pour observer et aider
  • assurer ensuite sa propre astreinte avec un collègue expérimenté prévu pour aider en cas de besoin
  • puis l’assurer seul, avec parfois un collègue privilégié pour assurer une « hotline » ou se déplacer

A savoir : certains services en manque d’effectifs n’ont pas forcément le luxe de procéder ainsi…

     II-D- Salaire du policier scientifique stagiaire

     Un stagiaire est payé comme un titulaire, en fonction de son indice (qui dépend de son échelon). Certains stagiaires ayant de l’ancienneté dans d’autres administrations bénéficient d’une reprise de carrière et débutent à un échelon supérieur au premier.

III- Congés du stagiaire

     Dans le privé, on ne peut parfois pas poser de congés la première année, ou ne pas choisir quand les poser. Bonne nouvelle : ce ne sera pas le cas pour vous !

     III-A- Quantité de congés

      Un policier scientifique a le droit pour une année à :

  • 25 CA (congés annuels)
  • des RTT si vous travaillez plus de 35h/semaine. Exemple : si vous travaillez 40,5h/semaine, vous aurez 29 jours de RTT pour l’année. C’est le cas pour la majorité des services de terrain.
  • des HP (hors période) : vous pouvez « gagner » 1 ou 2 jours de congés supplémentaires si vous posez vos CA pendant certaines périodes de l’année.
  • des heures que vous pourrez poser, en fonction de celles que vous aurez accumulées en travaillant hors horaires de bureau : heures supplémentaires ou heures travaillées pendant les astreintes.

     En fonction de votre date d’affectation, vous aurez le droit à ces congés au prorata de la durée travaillée sur l’année.

     III-B- Garde d’enfant malade

     Si vous êtes parent et que Britney vient de vomir sur vos mocassins au p’tit déj’, vous pourrez faire une demande de « garde d’enfant malade ». Si vous rédigez un rapport simple de demande, accompagné d’un certificat médical, votre hiérarchie peut vous accorder de ne pas venir travailler sans avoir besoin de poser un congé.

     Attention : il s’agit d’une facilité de service qui n’est pas un droit ! La hiérarchie peut parfaitement refuser d’accorder de tels jours de garde. Dans beaucoup de services, la pratique est d’en accorder jusqu’à 12 dans l’année, pour les enfants de moins de 16 ans.

     III-C- Stagiaire et Compte Épargne Temps (CET)

     Malheureusement, en tant que stagiaire, vous ne pouvez pas ouvrir de CET. Le CET est un compte sur lequel un agent peut stocker des jours de congés non pris au cours de l’année. Ce stock pourra être utilisé pour poser des congés les années suivantes, ou augmenter ses revenus. En effet, les jours stockés au-delà du 15ème peuvent être indemnisés par l’administration au lieu de les conserver. Cette indemnisation est versée en juin.

     Exemple : un agent possède 30 jours sur son CET. Il décide de s’en faire indemniser 10. Pour un fonctionnaire de catégorie B (comme un TPTS), le jour est indemnisé 81,42€ net. L’agent touchera donc 814,20€ en juin de l’année suivante.

     En tant que stagiaire sans CET, vous devrez poser vos CA et RTT jusqu’à fin janvier de l’année suivante sous peine de les perdre.

     Notre conseil : au cours de la première année, vous aurez beaucoup de formations, durant lesquelles vous ne poserez pas de congés. Faites attention à bien poser vos congés à temps pour ne pas vous retrouver en fin d’année avec un surplus : vous le perdriez.

IV- L’entretien professionnel

     L’entretien professionnel a lieu une fois par an, pendant une campagne qui se déroule en février-mars. Il a pour but de faire le point sur l’année précédente, en abordant divers sujets, dont systématiquement :

  • les résultats professionnels
  • l’évaluation de l’atteinte des précédents objectifs et la détermination des suivants
  • la manière de servir
  • les acquis de l’expérience professionnelle
  • une discussion sur les conditions d’exercice et éventuellement les difficultés rencontrées
  • les besoins en formation
  • les perspectives d’évolution de carrière
  • les souhaits de mobilité

     Cet entretien se passe normalement entre l’agent et son N+1 et se déroule sous forme d’une discussion ouverte, avec des éléments à remplir par les deux protagonistes (certains avant l’entretien, d’autres pendant).

     Les étapes de l’entretien sont les suivantes :

  • un RDV est fixé 8 jours à l’avance. L’entretien est à préparer et une partie des documents à pré-remplir
  • l’entretien se passe entre le N+1 et l’agent. Il dure souvent entre 1 et 2h. Le compte-rendu est complété au fur et à mesure
  • le N+1 le signe et l’agent peut éventuellement y apporter des observations sur le déroulement de l’entretien
  • le document est transmis pour signature à l’autorité hiérarchique, qui peut également y porter ses appréciations personnelles
  • le compte-rendu est ensuite retourné à l’agent, qui le signe
  • une partie des informations de l’entretien est portée au dossier personnel de l’agent.

     Notre conseil : l’entretien professionnel est un moment privilégié pour discuter de projets personnels, ou encore de difficultés rencontrées dans l’exercice de ses fonctions. Mais il est préférable d’en discuter avec votre supérieur au cours de l’année, plutôt qu’attendre cette échéance si elle est lointaine.
Des objectifs s’avérant difficiles à atteindre au cours de l’année peuvent être revus en accord avec la hiérarchie par exemple.

     L’entretien professionnel en qualité de stagiaire :

     Votre premier entretien sera partiel. Comme on ne peut vous évaluer sur l’année précédente, seule la partie vous fixant les objectifs de l’année à venir est renseignée, ainsi que quelques rubriques générales.

V- Processus de titularisation

     V-A- Étapes du processus de titularisation :

     À l’issue de votre année de stage, votre hiérarchie émet un avis favorable ou défavorable à votre titularisation.
Si tout se passe bien, vous êtes titularisé et vous signez un arrêté de titularisation. Bravo, vous êtes fonctionnaire titulaire de la police technique et scientifique !
Si la hiérarchie trouve que vous n’avez pas fait vos preuves au cours de l’année, vous ne serez pas titularisé. La plupart du temps, la période de stage est prorogée pour 6 mois ou 1 an et le stagiaire a l’occasion de prouver qu’il est apte à exercer le métier, afin d’être titularisé à l’issue.
Dans des cas exceptionnels, le stagiaire peut être remercié sans prorogation.
Dans le cas d’une prorogation, la hiérarchie émet un nouvel avis favorable ou non. S’il ne l’est toujours pas, le personnel est remercié et perd le bénéfice du concours.

     V-B- Indices sur sa future titularisation ou non

     Ne stressez surtout pas si vous n’avez pas de signaux d’alarme ! Si un agent semble ne pas faire l’affaire à un instant T, la hiérarchie l’en informera pas plusieurs moyens d’importance croissante.
Sans que ce soit exhaustif, cela peut être:

  • l’information orale, les entretiens de mise au point ou recadrage
  • des explications et appréciations lors de l’entretien professionnel annuel
  • la convocation/entretien par la haute hiérarchie afin d’en discuter
  • l’avertissement officiel

     Notre conseil : si vous recevez des reproches sur votre façon de travailler, montrez que vous vous remettez en question et affichez votre bonne volonté. Notez ce que l’on vous demande de changer. Notez également dans une sorte de journal ce que vous avez fait concrètement pour vous améliorer. Vous aurez des arguments à avancer pour montrer les efforts que vous avez accomplis.
Si la campagne d’entretiens professionnels est lointaine, n’hésitez pas à demander un entretien avec votre supérieur pour savoir si votre travail convient, ou ce qu’il faudrait changer.

     V-C- Influence des formations sur la titularisation

     Il faut savoir que tous les stagiaires n’ont pas forcément l’opportunité de suivre l’intégralité de leur formation initiale au cours de leur année de stage.
Cette raison n’est pas valable à elle seule pour proroger la période de stage.
En revanche, un échec répété à une formation peut entraîner un refus de titularisation.

VI- Conseil important pour les nouveaux policiers scientifiques

     La police technique et scientifique est un métier qui fait souvent fantasmer « le public ». Et l’on est fier, à juste titre, lorsqu’on réussit à l’intégrer. Il peut être tentant d’afficher son nouveau métier et ce qu’on y rencontre, autant pour partager son enthousiasme que pour se mettre un peu en avant.

Attention néanmoins à ne pas franchir la ligne rouge. Par exemple, ne partagez jamais de photos de vos interventions ou de votre service, même dans un groupe privé (la fuite est toujours possible). Cela constitue une faute professionnelle pouvant aboutir à des sanctions, jusqu’à la non titularisation ou la révocation.

     Attention également aux réseaux sociaux. Des notes de services rédigées en haut lieu ont d’ailleurs alerté les membres de la police du danger de trop en dire sur les réseaux.

     Notre conseil : évitez d’afficher votre qualité de policier scientifique sur les réseaux sociaux, surtout s’il est possible de déduire des informations sur votre identité et/ou votre lieu d’habitation ou de travail.

     Voilà! Vous en savez un peu plus sur le déroulement de la première année d’un personnel de PTS. Bonne année de stage pour ceux qui seront lauréats du concours. Et n’oubliez pas de faire le café pour les anciens!

Et pour ceux qui se donneront toutes les chances d’intégrer la police scientifique en suivant notre préparation au concours, bienvenue !

Après le concours de technicien de police technique et scientifique

0
Police Inspection Looking For Clues On Investigation Board

Vous venez de passer l’oral d’admission du concours de technicien de police technique et scientifique… et ensuite ?

I- Publication des résultats du concours

apres le concours police scientifique

Les résultats du concours sont publiés habituellement dans les 3 semaines qui suivent la fin des oraux. Mais ce délai est variable d’une session à l’autre.

Notre conseil : soyez proactifs afin de ne pas être pris de court si la prise de poste est rapide, surtout si vous risquez de devoir déménager ou d’avoir d’autres dispositions à prendre ! Surveillez la publication des résultats.

Pour les concours externes et internes:
– ils sont publiés sur le site « devenir policier » et vous recevrez un courrier vous informant de votre admission et de votre classement
– sur les réseaux : suivez-nous sur notre page facebook pour ne rien manquer. Notre page relaie les résultats du concours dès leur sortie, et bien d’autres informations.

II- Choix du service et de la ville de votre premier poste en PTS

II-A- La publication de la liste des postes

Lorsque la liste des admis est publiée, vous pouvez enfin sabrer le champagne si vous faites partie de la liste ! En revanche, vous ne connaitrez pas encore votre lieu d’affectation. En effet, les postes proposés aux lauréats ne sont pas encore déterminés. Là encore, le délai est variable, comptez au moins deux semaines. Vous avez manqué le concours, l’année prochaine, faites appel à notre préparation.

II-B- Les postes proposés

Vous recevrez un courriel avec les fiches des postes proposés et un formulaire de réponse ou vous devrez classer tous les postes par ordre de préférence. Il se peut que vous receviez également un appel téléphonique, les candidats étant appelés dans l’ordre de classement.

Si vous êtes sur liste complémentaire : vous serez appelé dans l’ordre tant qu’il restera un poste proposé non pourvu. Il y a parfois une deuxième vague d’affectations plusieurs mois après la première vague. Il n’y a aucune règle pour les candidats sur liste complémentaire, dans une région certains finiront premier ou deuxième sur liste complémentaire et ne seront pas appelés, et dans une autre région certains finirtont 5ème ou 10ème et le seront. Cela dépend du lieu d’affectation et des autres candidats.

L’administration attribuera ensuite les postes en donnant satisfaction aux lauréats dans l’ordre du classement.

Nos conseils :
– renseignez-vous sur les différents types de services et de postes en police scientifique.
– dès la parution des postes, prenez contact avec les services susceptibles de vous intéresser pour vous présenter rapidement et prendre tous les renseignements nécessaires pour faire votre choix. Vous pourrez vous faire un premier avis et aussi savoir si d’autres lauréats briguent le poste.
– si vous pouvez prendre contact avec les autres lauréats : communiquez entre vous pour avoir une idée de qui souhaite quel poste : vous pourrez plus vite commencer à vous organiser si vous en déduisez le poste que vous aurez.

III- Formalités nécessaires avant d’être définitivement affecté :

III-A- L’enquête de moralité :

Elle est généralement réalisée par le service départemental du renseignement territorial. Ce sont des policiers qui vont vérifier qu’il n’y ait pas de conflit d’intérêt entre votre profil moral et relationnel et votre futur métier. Quel que soit le résultat de leurs recherches, vous allez être convoqué pour un court entretien. Vous avez été condamné pour un délit ? Votre oncle est connu pour trafic de drogue ?

Si oui, attendez-vous à ce que ce soit plus compliqué… (Il semble que regarder les Anges de la Téléréalité, ça passe, mais juste juste…). Sinon, rendez-vous à la case suivante !

III-B- La visite médicale :

Vous allez également être convoqué par le médecin de prévention de la police. Il constituera votre dossier et réalisera un examen médical. A l’issue, il vous déclarera apte ou inapte au métier. Pas de stress : il faut vraiment un important problème médical ou psychologique pour être déclaré inapte.

Pas de taille minimale requise. Pas besoin d’avoir une vue ou une audition parfaite non plus. Si vous êtes déclarés aptes, vous pouvez continuer l’aventure en PTS et attendre votre prise de poste.

IV- Date d’affectation après les formalités obligatoires

À nouveau, le délai  entre le moment où vous connaîtrez votre service d’affectation et votre prise de poste est variable. Il est arrivé que certains agents n’aient que deux semaines. Mais dernièrement, c’est plutôt de l’ordre de deux mois en moyenne.

Notre conseil : si le délai semble très court pour vous organiser, et cela pour des raisons valables (déménagement compliqué, rupture conventionnelle avec votre employeur actuel, inscription d’enfants à l’école, en crèche etc.), parlez-en à votre hiérarchie. Vous pouvez demander un report d’affectation, ou au pire demander à votre service de prendre des congés. L’administration accepte en général.

V- Premiers jours dans la police scientifique

Actuellement, les lauréats du concours sont affectés avant d’être formés. Vous passerez donc du temps dans votre service avant de partir en formation initiale.

Quelle cravate mets-je ? Celle avec Bob l’Eponge ou la Darth Vader ? Aucune, sauf si vous voulez qu’on vous ressorte ce dossier pendant 3 ans au café !

Dans la grande majorité des services de PTS, l’ambiance est familiale. Habillez-vous correctement, mais comme tous les jours ! Prévoyez une tenue qui vous permet d’accompagner les collègues dans les missions quotidiennes. Par exemple, si vous êtes affecté(e) dans un service de terrain, mettez de quoi éventuellement accompagner… donc pas de bermuda ou de talons aiguilles ! Ou ayez une tenue de rechange.

Votre première journée dépendra de votre service et de vos collègues. Sachez que dans de nombreux services, il n’y a pas de programme très précis d’accueil ni de plan de formation interne. C’est plutôt de l’improvisation. Donc pas de stress. Soyez naturel, à l’aise, mais pas en terrain conquis, ça se passera très bien.

Souvent, on vous fera faire un tour éclair de tous les services pour vous présenter les collègues : vous aurez la joie d’apprendre et d’oublier dans la seconde des dizaines de prénoms et de postes. Vous visiterez les locaux et vous prendrez possession de votre bureau. Avec un peu de chance vous aurez un ordinateur déjà prêt.

Vous serez reçus par la plus haute hiérarchie locale. Il peut s’agir d’un commissaire divisionnaire par exemple. Là, restez naturels, mais plus solennels…préférez « bonjour Monsieur », employez le vouvoiement.

Pour le reste, tout est possible ! Partir rapidement sur le terrain accompagner un collègue dans un service d’Identité Judiciaire (IJ). Assister à un examen technique pour un laboratoire…ou avoir peu de choses à faire si les collègues sont overbookés et ne peuvent pas immédiatement vous prendre en charge.

Notre conseil dans ce cas : ne vous formalisez pas. Demandez si vous pouvez commencer à étudier des documents de formation ou vous familiariser avec les dossiers qui peuvent être consultés sur le réseau.

VI- Démarches administratives

Rapidement, vous devrez fournir des documents pour constituer votre dossier personnel : informations personnelle, situation familiale etc. Vous fournirez également les documents permettant de recevoir votre paye.

Quelques conseils :

  • vérifiez si votre paye vous sera bien versée le premier mois (il peut y avoir une latence en fonction de votre date d’affectation). Si ce n’est pas le cas, faite une demande d’avance au Bureau des Ressources Humaines (BRH) qui transmettra au service des payes.
  • Le cas échéant, vérifiez que votre reprise d’ancienneté va être prise en compte correctement. Si vous avez travaillé dans le privé, la moitié de votre ancienneté sera calculée pour vous classer dans la grille. Si vous étiez fonctionnaire, vous serez classé dans la grille de rémunération en fonction de votre indice.

Les règles de reprise de carrière se trouvent sur légifrance : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000021262538/2022-08-05

  • Renseignez-vous auprès du BRH pour savoir si vous avez droit à une indemnité de déménagement, et si oui, demandez le dossier.
  • Il faut également obtenir le document d’autorisation de conduite les véhicules de service.

Notre conseil : si vous naviguez entre deux domiciles éloignés pendant cette période : demandez par téléphone la liste des documents qui vous seront demandés afin de tout avoir rapidement sur place.

VII- Dotation vestimentaires et carte professionnelle

Assez rapidement, vous irez faire prendre vos mensurations afin de recevoir votre dotation initiale : quelques effets vestimentaires, votre gilet pare-balle etc. Les agent de la PTS n’ont pas d’arme à feu. Une dotation d’aérosols lacrymogènes est en train d’être mise en place. Suivre une formation est nécessaire avant d’être habilité à l’utiliser.

Vous devrez ensuite vous faire prendre en photo pour que votre carte de police soit réalisée. Elle vous servira à prouver votre qualité de policier scientifique, mais est aussi indispensable pour accéder à certains fichiers de police ou applications-métier (il s’agit d’une carte à puce).

Petite information-cadeau pour ne pas avoir l’air bête : la carte de police est parfois appelée « carte de réquiz’» ou « carte de pêche ». Ne demandez pas s’il y a du poisson dans la rivière du coin…

Et ensuite ? Comment se déroule les formations d’un policier scientifique ? Pour en savoir plus lisez nos articles sur la formation d’adaptation au premier emploi ou encore sur les différents type de formation au cours de votre carrière de policier scientifique.

Un article de TQ pour © www.police-scientifique.com

Formation d’adaptation au métier de technicien de police scientifique

0
forensic investigator documenting evidence with camera at crime scene

La formation d’adaptation au premier emploi est celle dispensée après réussite au concours de technicien de police technique et scientifique. Pour suivre une formation permettant de préparer et réussir ce concours, rendez-vous sur notre page dédiée.

Les lauréats du concours choisissent leur affectation parmi les postes proposés en fonction de leur classement au concours. Une fois affecté, ils commencent à découvrir leur environnement de travail : un commissariat, un hôtel de police ou un laboratoire de police scientifique. Mais assez rapidement, les nouveaux techniciens de police scientifique vont découvrir la police nationale et leur métier via une première formation d’adaptation au premier emploi.

La formation des techniciens de police scientifique lauréats du concours

Les contours de la formation d’adaptation au premier emploi reçue par les TPTS ont été cadrés par l’arrêté du 20 juin 2022.

Cette formation a pour but d’acquérir et de développer les compétences nécessaires et attendues pour exercer les missions de la police technique et scientifique : prélever, analyser et comparer. Celle-ci revêt un caractère obligatoire.

Contenu de la formation

La formation d’adaptation au premier emploi comprend :

– Un stage en immersion de deux semaines ayant pour objectif la découverte des différents services de police et des partenaires institutionnels ;

– Un tronc commun d’une durée variable selon le grade (6 semaines pour le premier grade de technicien de police technique et scientifique)

– Un socle opérationnel, composé d’un ou plusieurs modules métier qui se déroulent au centre national de formation de police scientifique à Ecully ou en région, et dont la durée est variable selon le parcours professionnel de l’agent.

Date de la formation

La formation d’adaptation au premier emploi doit se dérouler au plus près de la date d’affectation du stagiaire. Elle doit être dispensée au plus tard dans l’année suivant le recrutement.

Le parcours de formation de premier emploi des TPTS

Le stage en immersion

Les TPTS effectuent un premier stage en immersion dispensé en services opérationnels dans la région d’affectation. Celui-ci a pour objectifs :

– La découverte d’un commissariat de police afin d’acquérir une vue exhaustive des missions et notamment l’accueil, la prise de plaintes, le service d’identité judiciaire, le service de voie publique ainsi que les tâches d’un officier de police judiciaire ;

– La découverte des partenaires institutionnels : les sapeurs-pompiers, les services de secours, la justice, l’institut médico-légal, la gendarmerie nationale, les douanes.

Ce stage revêt un caractère pédagogique et obligatoire pour le stagiaire issu d’un concours externe et pour le stagiaire nommé au choix ou issu d’un concours interne et affecté dans une ville ou une structure différente. Le programme de stage est établi par le service d’affectation du stagiaire.

Le tronc commun

Le tronc commun, organisé et géré par le directeur central du recrutement et de la formation de la police nationale a pour objectif d’appréhender les missions de la filière scientifique au sein de la police nationale.

Il comporte quatre modules effectués en distanciel et/ou présentiel. Les agents nommés dans le grade de technicien principal suivent en outre un cinquième module (management).

A la fin de cette séquence, une évaluation est réalisée sous forme de questions à choix multiples ou à réponses courtes afin d’apprécier le degré d’atteinte des objectifs de la formation et de mesurer, pour chaque stagiaire, les connaissances globales et techniques acquises et indispensables à l’exercice de leur premier emploi.

Les techniciens du premier grade nommés dans le grade de technicien principal et ayant suivi la formation d’adaptation au premier emploi à compter de l’année 2022 seront astreints à suivre le cinquième module (management) du tronc commun.

Le ou les modules métier

Le socle opérationnel en criminalistique, dont le programme est de la compétence du service national de police scientifique, concerne plusieurs thématiques, d’une durée variable en fonction de l’affectation :

– Dactyloscopie ;

– Gestion de scènes délictuelles ou criminelles ;

– Révélations physico-chimiques ;

– Criminalistique numérique ;

– Criminalistique analytique.

Ces formations initiales sont organisées par module selon les modalités pédagogiques en présentiel et en e-formation.

Ces modules métier donnent lieu à l’obtention d’habilitations avec prévision d’un rattrapage pour les agents qui n’auraient pas obtenu leurs habilitations. Les techniciens et les techniciens principaux de police technique et scientifique ne pourront exercer leurs missions que lorsqu’ils disposeront des habilitations idoines. Ils ne seront formés qu’aux techniques correspondant au domaine de compétences de leur service d’affectation.

 

Maxime DROUET

0

Âgé de 30 ans, j’ai tout d’abord eu une carrière dans le domaine de l’hôtellerie restauration en occupant des postes de direction et manager au sein de différentes entreprises à Toulouse, Paris, Colmar etc… Je suis fier de mon parcours professionnel dans le privé qui m’a permis de développer mes qualités d’organisation, de décision et de management avec des équipes allant de 6 à 100 personnes.

J’ai rejoint la police scientifique par passion pour ce métier et pour travailler dans une entité proche de mes valeurs et de ce qu’elle défend, je suis constamment intéressé et étonné par ce domaine qui continue de grandir et de se développer d’années en années. La pluralité des différents services offre toujours plus de connaissances et de thèmes à aborder ce qui est à mon sens, vraiment stimulant.

Je suis affecté à un service départemental de police technique et scientifique où l’on traite l’ensemble des faits de délinquance de masse et d’autres tâches comme les accidents mortels, les agressions à l’arme blanche avec auteurs connus par exemple, dans le cadre des astreintes. Nous effectuons également le travail de discrimination des familiers par rapport aux traces papillaires révélées et relevées sur le terrain.

Je collabore avec l’équipe du site police-scientifique.com depuis peu mais c’est avec grand plaisir que je participe au développement de ce site mais aussi à la plateforme de préparation au concours de technicien de police technique et scientifique. Je suis ravi d’accompagner les étudiants de leurs premiers jours jusqu’à leur réussite au concours et même après ! Dans le cadre de mon activité, je suis aussi avec attention les actualités sur la police scientifique.

C’est une grande fierté pour moi de pouvoir accompagner les étudiants à réussir leurs concours pour entrer dans le monde de la police scientifique.

Maxime DROUET

Norbert FLEURY

0

Alors que je me destinais à une carrière artistique, ayant suivi des études dans ce sens (école des Beaux-Arts, et école d’ingénieur paysagiste), je gardais dans un coin de ma tête, une attirance pour le métier de policier. Les séries télévisées et mes nombreuses lectures de livres du genre n’ont fait que renforcer ce penchant. Je voulais découvrir cet univers particulier. Je me suis orienté vers la police technique et scientifique (P.T.S.) au début des années 2000 grâce à la connaissance d’un collègue qui, en me décrivant son travail et ses missions, m’a motivé et définitivement convaincu d’exercer ce nouveau métier.

 

Nouveau métier en effet car la PTS était peu connue à ce moment-là et sans visibilité
aucune. Mais je souhaitais me spécialiser pour rejoindre cette nouvelle discipline qui
émergeait alors au sein de la police nationale. Le concours passé et le service choisi (celui de Bertillon bien sûr, en tant que parisien que je suis), j’ai passé différentes formations et habilitations qui n’ont fait que conforter mon désir de continuer dans cette voie.

Des collègues avec une grande expérience ont su également me transmettre leur passion
du métier, de son histoire et m’ inspirer au fil des années, jusqu’à prendre leur relais.
Les années passant, j’ai pû assister à une évolution incroyable avec notamment le fichier
automatisé des empreintes digitales qui se numérise, alors que l’on travaillait encore sur des fiches papiers ( selon la codification et la phonétique établis par Bertillon…encore lui!).
L’arrivée des prélèvements ADN et de la tenue blanche qui symbolise désormais notre
métier, l’évolution des techniques de révélations (bluestar…), des outils informatiques (il y
avait encore quelques irréductibles qui tapaient à la machine à écrire à mes débuts),
l’arrivée des traces technologiques, de l’odorologie…

Bref tout un panel qui compose désormais la pts actuelle;

Apres 2 ans au FAED, plus de 13 ans de terrain en gestion de scène d’infraction, entré à
l’unité de police d’identification des victimes de catastrophe, je me suis désormais tourné
vers la formation et la communication. Cela me paraissait la suite logique à l’ensemble de ce parcours professionnel avec un volet international qui m’intéressait bien.

Rejoindre l’équipe des contributeurs de ce site m’a permis enfin de diversifier encore mes
activités et d’intervenir dans un autre registre. J’ai pu rédiger des articles ou des dossiers comme celui du Bazar de la charité.

Je participe également à de nombreuses interventions sur la thématique pts dans les salons
de polar, les bibliothèques et conjugue cela avec la présidence de l’association artistique de
la préfecture de police, et oui, on n’oublie pas ses premiers amours.

10,348FansJ'aime
666AbonnésSuivre
2,253AbonnésSuivre

Arrêté du 1er janvier 2023 autorisant au titre de l’année 2023...

0
Cette année de nombreux ASPTS vont pouvoir prétendre au grade de technicien de PTS grâce à un examen professionnel et un passage massif de...

Après le concours de technicien de police technique et scientifique

0
Vous venez de passer l’oral d’admission du concours de technicien de police technique et scientifique... et ensuite ? I- Publication des résultats du concours Les résultats...

Ouverture des concours externe et interne d’ingénieur de police scientifique

0
Deux arrêtés ont été publiés le 7 juin 2022 autorisant, au titre de l'année 2022, l'ouverture de concours interne et externe pour le recrutement...