Odorologie : Une policière qui a du nez !

« Ce n’est pas nouveau, cette technique était déjà utilisée par la Stasi dans les années 40. On peut le voir dans le film « La vie des autres ». », commente Valérie A., agent à la police technique et scientifique de Lons-le-Saunier. Si elle ne fait pas que de l’odorologie, elle est la seule à la pratiquer dans le département. Prélever les odeurs pour les faire analyser, c’est l’une de ses passions.

Cette agent travaillait au service régional d’identification judiciaire à Dijon lorsque l’opportunité de se spécialiser en odorologie s’est présentée. Après une formation à Ecully, près de Lyon, elle est revenue dans le Jura pour mettre ses connaissances en pratique.

Comment fonctionne l’odorologie ?

police chien odorologie détection« Chaque humain à une odeur qui lui est propre, comme les empruntes digitales sont uniques. Il y a l’odeur corporelle qu’on prélève sur l’individu et les traces odorantes qu’on trouve sur les objets qu’il a touché. Les molécules de l’odeur se trouvent dans le sang et surtout dans la sueur, principal conducteur de la molécule. », explique Valérie. Du coup, sur une scène de crime ou de cambriolage, un individu laisse obligatoirement des traces olfactives : sur une chaise, une arme, une cagoule, etc. C’est à ce moment qu’interviennent les agents en odorologie. Ils prélèvent à l’aide d’une lingette les odeurs résiduels, en mettant simplement en contact les objets fréquentés avec celle-ci. Après un temps de pose, la lingette est mise avec une grande précaution (usage de pinces, de gants, de masque, de charlotte, de surchaussures, d’aluminium, etc.) dans un bocal stérilisé et personnalisé qui est acheminé à Ecully.

Lorsque le colis est réceptionné, c’est à des chiens dressés et spécialisés de prendre le relais : « Ce sont généralement des chiens de Hongrie, soit des bergers allemands, soit des bergers malinois. Ces chiens ont un odorat 1000 fois plus développé qu’un homme. Mais ce n’est pas tout, ce sont des races prédisposées grâce à leur caractère – permettant de les dresser pour ce travail -, leur propension à l’effort et à la concentration. »