La numérisation des scènes de crime en 3D

VIDÉO – La police australienne de Queensland teste un dispositif inédit pour la numérisation des scènes de crime : le Zebedee. L’équipement de poche est à la base utilisé pour scanner les grottes.

Après un crime, il faut agir très vite pour éviter la pollution de la scène et la dégradation des preuves. La police de Queensland est en train de tester un scanneur d’environnement 3D, le Zebedee. La technologie permet de générer un schéma 3D du lieu souhaité en seulement 20 minutes, selon Wired . Les policiers pourront utiliser facilement le Zebedee car il tient dans la main. Ils devront parcourir la scène avec l’outil avant même de commencer à enquêter pour sauvegarder une version originale du lieu. Grâce au Zebedee, les policiers auront l’opportunité de revenir plusieurs fois sur une scène de crime et l’analyser sous différents angles.

«Les bénéfices de cette nouvelle technologie vont réduire les interférences sur une scène de crime, faire gagner du temps et donner accès à des zones de recherche jusqu’à maintenant difficiles à atteindre», a déclaré Ian Stewart, le commissaire de la police de Queensland. «Le scanneur Zebedee a d’abord été utilisé par la police scientifique pour cartographier les scènes de crime mais son potentiel pourrait s’étendre aux enquêtes sur les accidents de la route», a ajouté Jack Dempsey, ministre de la police de l’État du Queensland. Les données récoltées avec le schéma 3D font office de preuves devant un tribunal.
Le Zebedee a déjà reproduit la Tour de Pise en 3D. Le dispositif a été fabriqué par une équipe de chercheurs travaillant au CSIRO, l’agence nationale de recherche scientifique australienne. L’objet ressemble à une tête de serpent montée sur un manche et faisant des mouvements circulaires. La «tête» qui est bourrée de capteurs, mesure la rapidité, l’orientation et la force gravitationnelle. Elle peut aussi calculer la distance jusqu’à 30 mètres en éclairant la cible avec un laser. «Nous sommes très heureux de voir notre technologie […] utilisée pour aider la police à évaluer les scènes de crime. C’est une nouvelle application [du Zebedee] parmi le nombre croissant des autres utilisations possibles», a annoncé Jonathan Roberts, employé au CSIRO. Á l’origine, le Zebedee devait être seulement utilisé pour la localisation 3D et servir de scanneur embarqué sur des robots autonomes.

Une technologie similaire aux États-Unis et en France

La France est en avance sur la numérisation des scènes de crime. Elle s’est servie de la technologie en 2012 lors de la tuerie de Chevaline où quatre personnes avaient été tuées par balles sur un chemin forestier. Les équipes de gendarmerie avaient alors utilisé un scanner Faro Focus3D , développé en Floride. La Police Technique et Scientifique sont quant à eux dotés d’un SpheronVR.  La police de Roswell, au Nouveau-Mexique (États-Unis), s’est aussi procuré depuis peu le scanneur laser pour reconstituer des scènes de crime.
Le Faro est légèrement différent du Zebedee. Il se présente comme deux enceintes posées sur un grand trépied. L’une de ses particularités est de déterminer les trajectoires balistiques. Le scanneur laser pivote à 360° sur lui-même et enregistre toutes les données de la scène environnante avec une précision de quelques millimètres. Il suffit d’une pression sur son écran tactile pour déclencher instantanément la numérisation. «L’intérêt de cette technique est d’apporter une précision parfaite à la représentation des éléments, mais aussi la possibilité de dépasser l’étape de représentation pour aboutir à une étape d’interprétation», précise le site officiel de Faro.

SOURCE : http://www.lefigaro.fr