Lancement d’un profil d’études en criminalistique au Québec

Lancement d’un profil d’études en criminalistique

L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a annoncé l’ouverture d’un profil en criminalistique dans le cadre du baccalauréat en chimie qui sera offert dès septembre 2012 aux étudiants.

La criminalistique présente la particularité de s’intéresser spécifiquement à l’exploitation et à l’étude de la trace matérielle, vestige d’une action criminelle, délictueuse ou accidentelle.

Les traces peuvent être analysées dans le cadre d’expertises scientifiques en matière criminelle, pénale, civile ou encore administrative.

Tout le profil repose sur une solide formation d’analyse et d’interprétation en sciences fondamentales relatives au domaine de la chimie.

«L’UQTR se réjouit d’annoncer la création de ce profil unique au Québec», soutient le vice-recteur aux études de premier cycle et au soutien académique de l’UQTR, Sylvain Delisle.

«Dès lors que les sciences sont appelées à jouer un rôle de plus en plus important dans la résolution et la prévention de crimes, de délits ou d’accidents, nous comptons former des scientifiques avec un mode de pensée entièrement tourné vers la recherche de réponses dans le contexte spécifique des enquêtes policières, de la justice et de la sécurité», ajoute-t-il.

L’UQTR évalue déjà la possibilité de développer un programme de cycle supérieur en criminalistique.

Jusqu’à l’investigation

La formation comporte des cours de la programmation générale du baccalauréat en chimie (48 crédits) et des cours spécifiques à la criminalistique (42 crédits), depuis la photographie scientifique jusqu’à l’investigation des scènes de crime, en passant par les incendies et explosifs, les narcotiques et la toxicologie.

La formation laisse une large place à l’aspect pratique pour permettre aux étudiants de se familiariser avec la plupart des techniques modernes d’acquisition et de traitement de données.

Ce profil couvre donc l’ensemble des disciplines appliquées à des fins d’investigation et à des fins légales pour former des professionnels aptes à soutenir les activités de la police, de la justice et de la sécurité.

Options multiples

Un praticien en criminalistique joue essentiellement trois rôles : un rôle d’investigation grâce à un travail d’analyse en laboratoire et d’interprétation scientifique des résultats; un rôle d’évaluateur habilité à témoigner en tant qu’expert au tribunal ou à titre de consultant au sein de diverses organisations et enfin, un rôle au niveau du renseignement criminalistique, par l’exploitation et la gestion systématiques des traces en vue de les relier à d’autres crimes.

Les diplômés pourront donc œuvrer dans des laboratoires faisant appel à l’expertise criminalistique, soutenir des opérations policières, s’intégrer à des organisations paragouvernementales et gouvernementales, agir comme experts dans le secteur des assurances et des banques ou dans l’industrie de la sécurité.

Inscription

La période d’admission pour les étudiants désirant s’inscrire au baccalauréat en chimie – profil criminalistique de l’UQTR sera exceptionnellement prolongée jusqu’au 1er avril 2012.

Le profil sera contingenté à 24 étudiants.

Il est possible d’obtenir de plus amples renseignements (conditions d’admission, modalités de sélection, etc.) au sujet du nouveau profil en consultant le site Web suivant : www.uqtr.ca/profilcriminalistique .

Source : http://www.lhebdojournal.com ©