Le tueur en série Robert Evans dit le « Caméléon »

Depuis plus de 30 ans, la police du New Hampshire dispose de cadavres non identifiés, découverts dans des barils en plastique au fin fond des bois, près du parc National de Bear Brooks. Mais, il y a quelques semaines, l’affaire du « tueur aux barils »  connait un incroyable rebondissement grâce à un test ADN à priori anodin….

Des cadavres dans des barils et un mystère

En novembre 1985, des chasseurs découvrent dans une forêt du New Hampshire, un baril en plastique de grande contenance dégageant une forte odeur de décomposition. La police se rend sur place et découvre, à l’intérieur du fût de 200 litres, les corps d’une femme et d’une fillette. Les premières investigations ne permettent pas d’identifier les victimes mais permettent d’affirmer qu’il s’agit d’une mère et de sa fille.

Pendant près de quinze ans les policiers tentent d’identifier ces deux victimes sans succès. En 2000, la police décide de retourner sur les lieux à la recherche de nouvelles traces et indices et découvre l’impensable : la présence d’un deuxième baril contenant les corps de deux autres fillettes.

Le premier baril (à gauche) fut découvert en 1985 et renfermait les corps d’une femme et d’une fillette. Le second baril (à droite) fut découvert en 2000 et renfermait les corps de deux fillettes. On présume que le meurtrier a tué les quatre victimes, qui n’ont pas encore été identifiées.

L’autopsie et les analyses toxicologiques des tous ces corps apportent des éléments précieux. Toutes les victimes identifiées sont décédées d’un traumatisme crânien. Certaines ont été démembrées. Deux des jeunes filles sont les descendantes de la femme la plus âgée. La femme adulte avait des cheveux bruns ondulés et avait entre 22 et 33 ans. Une des fillettes avait 10 ans lors de sa mort. La plus jeune des victimes, qui avait elle aussi un lien de parenté, était âgée de 2 ou 3 ans et avait un espace entre ses dents de devant. La cadette, qui n’a apparemment pas de lien de parenté était âgée de 3 ou 4 ans.

Des tests isotopiques permettent de dire, que les 3 victimes de la même famille peuvent être originaire du New Hampshire ou d’un état voisin. Les valeurs indiquent qu’elles proviennent d’une zone proche de la zone océanique plutôt qu’une zone à l’intérieur des terres. Mais ces éléments ne sont pas suffisants pour identifier les victimes, et 30 ans plus tard, le dossier reste un véritable « cold case ».

La recherche génétique qui relance l’affaire

Ce cold case va connaître un énorme rebondissement grâce aux recherches d’une jeune fille nommée Lisa Jenson. Celle-ci a été abandonnée en 1985 à l’âge de 6 ans par son père, Curtis Jenson, qu’elle n’a plus jamais revu.

En 2016, Lisa Jenson, désireuse d’en savoir plus sur son passé et sur son père décide de faire appel à une société privée de recherche de parenté, via son patrimoine génétique. Elle effectue un test ADN qu’elle transmet à la société DNAadoption.com. Ce test lui permet dans un premier temps de retrouver ses cousins et son grand-père vivant dans le New Hamshire. Mais surtout, ce test ADN lui permet, avec l’aide de la police, de découvrir qu’elle s’appelle en réalité Dawn Beaudin, et qu’elle est une fillette disparue sur la Côte Est en 1981. Mais alors si Lisa Jenson est en réalité Dawn Beaudin, qui est celui qui se faisait passer pour son père et disant se nommer Curtis Jenson ? Est-ce son vrai père ?

Curtis Jenson : le caméléon

En Novembre 1981, Denise Beaudin et sa fille Dawn disparaissent mystérieusement après avoir été en contact avec un homme nommé Robert Evans. Après cette disparition Denise,  Dawn et Robert Evans sont recherchés activement par la police sans succès. Ce trio s’est volatilisé….

Robert Evans n’est pas retrouvé pour de bonnes raisons : il a changé de nom et d’état. Il vit maintenant en Californie sous le nom de Curtis Kimball. En tout cas , il répond bien au nom de Curtis Kimball en 1985 lorsqu’il est appréhendé en état d’ivresse.

Mais Robert Evans (ou Curtis Kimball)  se fait aussi appeler Gordon Curtis Jenson lorsqu’il travaille et vit dans un camping. A ce moment là, celui-ci est accompagné de sa fille Lisa Jenson (et donc en réalité Dawn Beaudin). Un jour cet homme abandonne sa fille à une famille qu’il connaît pour ne plus jamais revenir. Il est alors recherché pour abandon de famille et Lisa Jenson est recueillie par une famille d’accueil.

Après l’abandon de famille, les autorités se rendent compte que Curtis Kimball et Curtis Jenson sont en fait le même individu. Mais ils ne font pas le lien avec Robert Evans.
Trois ans plus tard, les autorités appréhendent ce même individu au volant d’un véhicule volé sous le nom de Gerry Mockerman. Celui-ci, est condamné sous le nom de Gerry Mockerman à trois ans de prison. Un an et demi plus tard l’individu est libéré. Gerry Mockerman – alias Robert Evans, Curtis Kimball ou Curtis Jenson – quel que soit son nom, disparait pendant 12 ans.

L’homme réapparaît sous le nom de Lawrence William Vanner en 2001. Vivant de menus travaux de bricolage, il rencontre une femme dénommée Eunsoon Jun, dont le toit a besoin d’être réparé. Ils se marient officieusement en août 2001. Jun disparaît en septembre 2002 et son corps est découvert quelques semaines plus tard dans sa cave.

Lawrence William Vanner est arrêté en novembre et accusé de meurtre. Les autorités prélèvent ses empreintes et ils reconnaissent qu’il s’agit en réalité de l’individu arrêté sous le nom de Curtis Kimball ou Curtis Jenson qui a abandonné sa fille 7 ans plus tôt. Il est reconnu coupable et condamné à une peine de prison de 15 ans.

En août 2003, les autorités cherchent à connaître l’identité exacte de Lisa Jenson. Ils réalisent des tests ADN et s’aperçoivent que Lisa Jenson n’est pas la fille biologique de Curtis Jason mais ne poussent pas plus loin les recherches. Le prisonnier connu par le système judiciaire sous le nom de Lawrence William Vanner ou Curtis Kimball meurt en prison le 28 décembre 2010.


« Curtis Kimball “ en 1985 (à gauche). « Gordon Curtis Jenson » (au centre) et « Lawrence William Vanner » en 2002 (à droite).La police affirme que ces hommes ne sont en réalité qu’une seule personne, que l’on croit coupable du meurtre d’au moins six personnes.

La résolution du cold case du « tueur au baril »

Lorsque les autorités s’aperçoivent que Lisa Jenson est en fait Dawn Beaudin, ils comprennent que Curtis Jenson – ou Lawrence William Vanner, Curtis Kimbal – est sans doute celui qui se faisait appelé Robert Evans lors de la disparition de Denise Beaudin. Or, celle-ci a disparue à Manchester dans le Nord Est de l’État du New Hampshire. Il n’en faut pas plus à la police pour lancer des comparaison ADN entre cet homme et les quatre victimes retrouvées dans les barils, dans la même région. Cette comparaison permet de détreminer que cet homme est le père biologique d’une des filles retrouvées décédée dans un baril. Il est donc logiquement suspecté d’ếtre à l’origine des 3 autres décès.

Ce type était un caméléon,” affirme Jeffery Strelzin, chef du département homicides du Bureau du Procureur Général du New Hampshire. “Nous sommes persuadés de tenir notre tueur — nous devons maintenant identifier ses victimes. “Lorsque l’identification des victimes est impossible, en général vous n’aboutissez à rien,” ajoute-t’il. “Dans ce cas précis, c’était le contraire … Nous allons identifier et trouver toutes ses victimes.

La police a dressé une carte retraçant l’itinéraire possible du serial-killer connu sous les différents pseudonymes de « Robert Evans » et « Curtis Kimball. » Entre 1970 et 1980, Robert Evans, vit dans le New Hampshire. Il est le père biologique d’une des 4 victimes retrouvées dans un des futs. L’homme, connu sous le nom d’Evans, a été employé par le propriétaire du domaine où les corps ont été découverts.

La véritable identité du tueur en série reste encore un mystère comme les identités de la jeune femme et de ses deux filles.

Honnêtement, nous ne connaissons pas à l’heure actuelle son identité réelle,” affirme le Sergent Michael Kokoski de la Police d’Etat du New Hampshire. Certains indices ont toutefois permis d’avancer. Ils se basent sur des choses qu’il a racontées et sur son histoire, il a peut-être été militaire dans l’U.S. Navy, avant d’apparaître dans le collimateur du New Hampshire en 1977. Son addiction pour l’alcool a marqué sa vie. C’était un vagabond, il ne restait en général que quelques mois au même endroit. Presque toutes les personnes qui l’ont rencontré durant ses errances le qualifient de distant et d’étrange.

Ce qui fait peut-être le plus froid dans le dos c’est que les enquêteurs ne connaissent pas l’identité réelle de cet homme aujourd’hui décédé, ni ses divers déplacements aux états unis. Sa vie reste un mystère. Entre la Californie et le New Hampshire, il a volé une voiture dans l’Idaho. On pense qu’il a pu sillonner un vaste périmètre dans tout le pays : Washington, Oregon, Arizona, Wyoming, Colorado, Texas, Hawaii, Missouri, Louisiane, la Géorgie et la Virginie. Et on ne connaît rien de son parcours pendant près de 12 ans ! Va-t-on pouvoir retracer son parcours criminel et identifier d’autres victimes ?

Didier Porte @www.police-scientifique.com , tous droits réservés . Merci à www.forensicmag.com