Armes longues

Les armes longues concernent toutes les armes épaulées lors du tir, à l’inverse des armes de poing. Au sein des armes longues, on distingue les armes à canon lisse et les armes à canon rayé.

Les armes à canon lisse sont des armes de chasse alors que les armes à canon rayé comptent aussi bien des armes de chasses que des armes militaires.

Les armes longues à canon lisse

Les fusils de chasse

Ce genre d’arme possède en général deux canons de même calibre, basculant vers l’avant pour le chargement des cartouches. Les canons peuvent être soit superposés l’un à l’autre, soit juxtaposés.

armes longues police scientifique

Il existe des fusils de chasse appelés mixtes qui possèdent un canon lisse et un canon rayé (juxtaposé ou superposé) avec des calibres différents (par exemple le 12/70 pour le canon lisse et 9,3x74R pour le canon rayé). Certains fusils de chasse mixtes possèdent 3 canons (deux lisses et un rayé), voire 4 canons (deux lisses et deux rayés).

 fusil de chasse police scientifique
Exemple d’un fusil de chasse mixte Sagittaire

fusil de chasse mixte Sagittaire
Canon lisse et canon rayé d’un fusil de chasse mixte Sagittaire

Les armes longues à canons lisses tirent en général des cartouches à grenaille, à chevrotine, ou des projectiles uniques (slug).

Certains fusils de chasse ont pour particularité un léger resserrement de la bouche du canon permettant de concentrer plus ou moins fortement la gerbe de plombs. Cet étranglement d’une partie du canon est appelé le choke (étranglement en anglais). Cette particularité permet de réduire la dispersion des plombs à la sortie de la bouche du canon. Suivant les pays, les degrés de rétrécissement varient et l’on observe des canons :

· Cylindrique : le canon a le même diamètre sur toute la longueur, de la fin de la chambre de combustion jusqu’à la sortie

· Cylindrique amélioré : le canon a le même diamètre sur une grande partie de la longueur, puis un très léger rétrécissement à la bouche (entre 0,1 et 0,2mm)

· Choke : ‪le canon est cylindrique jusqu’à environ 5-8 cm de la bouche, il devient conique (comme un entonnoir) sur un petit intervalle et, redevient cylindrique jusqu’à la bouche du canon.

  • ¼ choke : un rétrécissement entre 0,2 et 0,4mm
  • ½ choke : un rétrécissement entre 0,3 et 0,6mm
  • ¾ choke : un rétrécissement entre 0,6 et 0,8mm

· Full-choke : un rétrécissement entre 0,8 et 1mm

Dispersion choke police scientifique

Lorsque l’on parle d’armes longues à « canon scié », il s’agit d’un fusil de chasse dont on a éliminé la partie comprenant le choke. Ceci a pour conséquence, une diminution de la puissance de 10% de la charge et une dispersion des plombs supérieure à celle d’un canon non scié à partir de 12-15m.

double détente sagittaire armes longues
Double détente (Sagittaire)

En général, les fusils de chasse à deux canons possèdent deux détentes (une pour chaque canon). La détente située à l’avant actionne le mécanisme de percussion du canon droit (canon cylindrique) alors que la détente arrière actionne le mécanisme du canon gauche (canon choke). Pour les armes de chasse avec plus de deux canons, il existe un sélecteur permettant de choisir le tir avec les canons lisses ou les canons rayés.

Les fusils à pompe

Le mécanisme du fusil à pompe a été développé par John Browning et commercialisé pour la première fois sous le nom de Winchester Model 1893. Les cartouches sont généralement placées dans un chargeur tubulaire, situé sous le canon et se trouvent les unes derrière les autres. Le chargement s’effectue par un mouvement de va-et-vient d’une poignée située sous le canon.

fusil à pompe WINCHESTER MODEL 1897
Exemple d’un fusil à pompe WINCHESTER MODEL 1897

Certains fusils à pompe comme le Mossberg ou Franchi fonctionnent comme une arme semi-automatique. Il y a éjection de la douille et réarmement du système de percussion par recul de la culasse.

Les armes longues à canon rayé

Dans cette catégorie, on trouve des armes de chasse, des armes de sport et des armes militaires.

Historiquement, l’ancêtre du fusil de chasse, le mousquet, était une arme à canon lisse tirant des projectiles lourd et sphérique. Introduit au XIVe siècle, notamment en France avec la bataille de Pavie en 1523, il fut abandonné à la fin du XVIIe siècle. Pour cause, à l’époque, il était extrêmement difficile de produire des projectiles uniques parfaitement sphériques et de tailles très précises. C’est pourquoi tous les projectiles uniques, tirés par les mousquets étaient de diamètre inférieur à celui du canon. Cela produisait de grandes vibrations à l’intérieur du canon et rendaient par conséquent le tir extrêmement imprécis. L’urgence était donc de créer une arme longue à canon rayé permettant la stabilité du projectile dans l’air et donc une précision de tir importante pour les longues distances.

Dans le domaine militaire, les carabines sont des armes à canon rayé, attribuées aux carabins (cavaliers), qui étaient considérés comme les « tireurs d’élites » des troupes d’infanteries.

Dans le domaine de la chasse, il s’agissait d’une arme à canon rayé de très grande qualité technique, considérée comme une arme de luxe. La première carabine est une arquebuse à rouet allemand datant de 1542.

arquebuse à rouet
Exemple d’une arquebuse à rouet

Les carabines n’ont cessé d’évoluer depuis le XXIe siècle. L’acier inoxydable remplace petit à petit le bois et l’acier « noir », permettant une meilleure résistance à la rouille. L’ajout de différentes technologies, comme l’usage de systèmes anti recul et de contrôle des vibrations permet d’accroître la précision et d’avoir un meilleur confort de tir.

Les carabines à répétition manuelle

Il s’agit d’armes longues militaires avec un seul canon rayé, pouvant être à un coup (sans chargeur) ou à plusieurs coups (avec chargeur). L’éjection des douilles vides et le chargement des cartouches dans la chambre à cartouche se fait soit par un mouvement de la culasse d’arrière en avant actionnée manuellement, soit par une poignée placée sur le côté de l’arme

La culasse est l’une des pièces essentielle assurant la fermeture d’une arme à feu. Elle est généralement placé à l’arrière du canon et assure l’étanchéité du mécanisme aux gaz à haute pression produits lors du tir. Il s’agit d’une pièce très complexe, car elle est très souvent mobile, permettant ainsi le rechargement. Il existe différents systèmes de culasse :

· La culasse à verrou (ex. Mauser, 1898)

armes longues police scientifique culasse a verrouIl s’agit du système de culasse le plus répandu. Ces armes sont apparues à la fin du XIXe siècle et se sont imposées progressivement dans les armées. La culasse peut être ouverte et refermée comme un verrou et s’effectue par rotation de la poignée d’un quart de tour vers le bas. Cette action éjecte la douille vide, recharge l’arme et réarme le mécanisme de percussion. La plupart des armées étaient équipées de ce type de système durant la seconde guerre mondiale.

· La culasse à levier

culasse levier police scientifiqueCe système a été inventé par John M. Browning et développé par Winchester. Il fonctionne en abaissant et remontant le pontet (sorte de boucle en métal protégeant la queue de détente) d’avant en arrière. Le premier modèle était le fusil Henry, qui nécessitait d’actionner le levier puis d’armer le chien. Par la suite, des systèmes exécutant les deux opérations en un seul mouvement ont été mis en place, le plus célèbre est celui visible dans de nombreux films de western : le Winchester Musket 1866.

armes longues western

Les carabines de chasse à deux canons juxtaposés sont appelées les carabines « express ». Ces armes sont apparues pour la première fois en Angleterre au XXe siècle pour la chasse aux grands animaux en Inde et en Afrique. La carabine express permet un tir très rapide de deux balles de gros calibres pour la chasse aux gros gibiers.

Il existe également des carabines de chasse à canons superposés avec deux calibres différents et sont appelés carabines de montagne (ex .222 Remington pour le canon supérieur et 9,3 x 74R pour le canon inférieur).

Les armes longues automatiques

a – Les fusils d’assaut

Ces fusils ont vu leur apparition à la fin de la seconde guerre mondiale, notamment sous la forme du FG-42 ou du Stg44 de l’armée l’allemande. Il s’agit d’une arme longue militaire dont le but est de tirer de façon semi-automatique et efficace jusqu’à 300m et de façon automatique à environ 30m. En 1947, l’URSS développait l’AK-47, plus célèbre sous le nom de Kalashnikov (ou Kalash) qui a connu une très grande diffusion. Cette arme est chambrée d’un calibre 7,62x39mm équivalent au 7,62 OTAN mais légèrement moins puissante.

fusil d'assaut FAMAS FELIN police scientifique
Exemple d’un fusil d’assaut FAMAS G2

Les premiers fusils d’assaut étaient assez lourds et chambrés pour la puissante munition 7,62 OTAN avec un chargeur comprenant 20 cartouches (ex. FN FAL de l’armée britannique). La tendance actuelle est à la fabrication de fusils d’assaut au calibre réduit (exemple du calibre .223 Remington pour les USA), ce qui permet d’économiser de la place, du poids et de réduire les couts de la munition.

sélecteur de tir sur le FASS 90 police scientifique
Exemple d’un sélecteur de tir sur le FASS 90

Ces armes longues possèdent une grande polyvalence grâce à un sélecteur de tir qui comporte 3 positions :

  • Tir au coup par coup
  • Tir en rafales de 3 coups
  • Tir en rafales continues

Ces armes taillées pour les assauts militaires, font l’objet de nombreuses améliorations. Il existe par exemple, une visée déportée et une vision nocturne sur le FAMAS Félin français permettant ainsi d’ajuster le tir tout en restant à couvert. La Corée du Sud, a équipé son armée en 2010 du fusil d’assaut Daewoo K11 pourvu d’un lance-grenade intégré de 30mm. Le HK 11, de la firme Allemande Heckler & Koch (H&K), est capable de tirer des munitions sans étuis (caseless). Il existe également un prototype, comme le Steyr ACR, tirant des fléchettes à grande vitesse haute afin d’améliorer la portée.

fusil d'assaut DAEWOO K11 police scientifique
Exemple d’un fusil d’assaut DAEWOO K11

b – Les pistolets automatiques

Il s’agit d’arme de poing pouvant tirer soit au coup par coup soit en rafale. Ces armes ont la dimension d’une arme de poing mais possèdent soit une poignée rabattable à l’avant de l’arme (Beretta 93 R) soit une crosse amovible qui permet de les épauler ou de tirer à la hanche (H&K VP70).

pistolet automatique Beretta 93R police scientifique
Exemple d’un pistolet automatique Beretta 93R

c – Les mitraillettes

Il s’agit d’une arme automatique faisant partie des armes de poing et armes longues car elles peuvent être tenues à deux mains, sans les épaules. Certaines de ces armes ont une crosse rabattable permettant un épaulement (meilleure maitrise de tir). Les mitraillettes les plus célèbres sont le MAT 49 et le Scorpio.

 mitraillettes CZ Scorpion Vz 61
Exemple d’une mitraillettes CZ Scorpion Vz 61

d – Les pistolets mitrailleurs

Sur un pistolet semi-automatique c’est le séparateur qui empêche l’arme de tirer en rafales, à cause du blocage de la gâchette. L’un des pistolets mitrailleurs les plus célèbres vient d’Israël en 1948, le UZI qui est une arme lourde mais compacte et très robuste. Il s’agit également du pistolet mitrailleur le plus vendu dans le monde (environ 10 millions).

pistolet mitrailleurs UZI police scientifique
Exemple d’un pistolet mitrailleurs UZI

Les armes à air comprimé

carabine à ressort (piston)
Exemple d’une carabine à ressort (piston)

Ces armes concernent toutes les armes de poing (revolver et pistolet) et armes longues (fusils et carabines) utilisant la détente d’un gaz afin de propulser un projectile. Lorsque l’on parle « d’air comprimé», le gaz propulseur peut être soit du dioxyde de carbone (CO2) soit de l’air.

On distingue les armes à ressort (ou piston), les armes a air pré-comprimés et les armes à CO2.

Le système le plus répandu est celui des armes à ressort. Un piston est monté juste derrière le canon et couplé à un ressort dont la force va déterminer la puissance de l’arme. La première étape consiste à comprimer le ressort, reculant ainsi le piston (on parle alors « d’armement de l’arme »). Enfin, lorsqu’une pression est appliquée sur la queue de détente, le piston se libère, expulsant ainsi l’air qui était alors comprimé dans la chambre où le projectile était placé.

Les calibres les plus courants pour ce type d’arme sont le calibre .177 et le calibre .22.

La vitesse des projectiles sortant de ces armes est variable et peut aller de 100m/s à une vitesse similaire à un projectile d’arme de poing classique (457m/s).

Exemple d’une carabine à ressort (piston)

arme à CO2 police scientifique
Exemple d’une arme à CO2

Les armes à air pré-comprimé ne disposent pas de ressort pour déplacer le piston mais comportent une chambre de compression placée en amont de la chambre contenant le projectile (mécanisme similaire au airgun).

Les armes à CO2 n’utilisent ni piston ni ressort mais une cartouche de CO2 liquide permettant la propulsion du projectile. Ces cartouches de CO2 peuvent être jetable ou rechargeables et permettent de tirer entre 60 coups (pour la cartouche jetable) et 150 coups (pour la cartouche rechargeable).

Lire la suite