Mourmelon – L’ADN mitochondrial

Les éléments pileux

cheveux MEB disparus de mourmelon ADN mitochondrialA l’époque la science n’a pas encore exploité toutes les possibilités offertes par l’ADN et il est encore impensable d’identifier formellement un individu à partir d’un élément pileux. En 1990, une expertise de poils et cheveux prélevés dans le combi de Chanal, est demandée par les magistrats instructeurs au Professeur Muller du Laboratoire de Spectrométrie de Masse et Chimie Laser de l’Université de Metz. Les experts ne travaillent pas sur l’ADN mais sur la structure du cheveu et sa composition. L’expertise va durer presque trois ans mais les résultats sont bien en deçà des espérances de la partie civile. En effet, sur tous les cheveux analysés, les experts concluent :

« un seul poil 33-4 pourrait être valablement attribué à l’un des disparus, en l’occurrence Gache » et quelques lignes plus loin. « il apparaît impossible de définir un résultat accompagné d’un critère statistique de validité » « le résultat de la comparaison de 33/4 peut être considéré comme un indice significatif, compte tenu qu’il s’appuie sur la coïncidence de 7 critères de comparaison »

En conclusion, après trois ans d’expertises, un élément pileux parmi des centaines d’autres est considéré comme un « indice significatif » mais ne peut en aucun cas être rattaché à Patrick Gache de manière certaine.

cheveux MEB disparus de mourmelon ADN mitochondrialLe 20 décembre 1995, le nouveau juge d’instruction Pascal Chapart part à la recherche des scellés éparpillés dans le palais de justice. A partir de ces scellés, des éléments pileux sont extraits des vêtements, draps ou matelas saisis dans le combi. Au total, 457 éléments pileux sont découverts dans le van de Chanal. Le juge demande d’abord au laboratoire de police scientifique de Lille de rechercher des éléments pileux avec bulbes (les bulbes contiennent des cellules nucléés) afin d’établir des profils génétiques. L’expert Mme Berlot-Picquart prélève et isole 94 poils ou cheveux sur des vêtements de Chanal placés sous scellés. Une tentative d’extraction d’ADN est réalisée sur 44 poils ou cheveux qui possèdent un bulbe. L’expert ne réussit pas à détecter de l’ADN:

« Aucune trace d’ADN n’ayant été détectée, nous n’avons pas poursuivi les estimations sur les autres cheveux ou poils [] L’absence d’ADN résulte vraisemblablement de l’ancienneté des prélèvements »

Une troisième analyse d’éléments pileux est conduite par les experts du laboratoire de génétique moléculaire de Nantes. Même si la majorité des éléments pileux sont anciens et dégradés quelques éléments pileux ont conservé leur bulbe. Mais les experts ne parviennent pas à récupérer de l’ADN nucléaire. En revanche, ils exploitent un autre ADN appelé ADN mitochondrial. En décembre 1998, les experts donnent leurs conclusions :

« Nous avons pu montrer la présence des éléments pileux de Pierre Chanal, Paläzs Falvay, Patrice Denis et Patrick Gache »

Cette conclusion sortie du contexte ne reflète pas la teneur du rapport mais a été reprise dans plusieurs médias. Ainsi dans l’émission « Faites entrer l’accusé » la conclusion est bien au-delà du résultat des expertises :

« Patrice Denis, Patrick Gache et Trevor O’keeffe seraient passés dans le combi de Pierre Chanal, des poils correspondent à leur profil génétique »

Mais comment apprécier à leur juste valeur ces résultats ? Quelle est la portée d’une concordance entre deux ADN mitochondriaux ?

L’ADN mitochondrial

ADN Mitochondrial disparus de mourmelonEn fait, les éléments pileux analysés peuvent appartenir aux disparus Patrice Denis, Patrick Gache et Trevor O’Keeffe mais aussi à d’autres personnes dans la population qui disposent du même ADN mitochondrial. L’ADN mitochondrial n’est pas propre à chaque individu. Il n’est pas individuel mais propre à une lignée maternelle. Cet ADN se transmet par la mère et toute la descendance possèdera un ADN mitochondrial identique. Lorsqu’un ADN mitochondrial est établi, on parle de « mitotype » et non plus de « génotype ». Les fréquences des mitotypes sont bien différentes de celles des génotypes. Pour leurs analyses, les experts Nantais ont utilisé une base de données comprenant 1657 individus pris au hasard. Cela leur permet d’évaluer statistiquement leurs conclusions :

  • l’ADN mitochondrial de Patrick Gache a été mis en évidence sur un élément pileux prélevé et cet ADN mitochondrial est partagé par 0,06% de la population mondiale prise au hasard (1 personne sur les 1657 personnes de la base de données)
  • l’ADN mitochondrial de Patrice Denis a été mis en évidence sur huit éléments pileux prélevés et cet ADN mitochondrial est partagé par 0,06% de la population mondiale prise au hasard (1 personne sur les 1657 personnes de la base de données)
  • l’ADN mitochondrial de Trevor O’keefe et de Pascal Sergent (leur ADN mitochondrial est identique) a été mis en évidence sur deux élément pileux prélevés et cet ADN mitochondrial est partagée par 2,6% de la population mondiale prise au hasard (43 personnes sur les 1657 personnes de la base de données)

Pour mieux évaluer la portée de ces conclusions, des recherches sont effectuées pour connaître les mitotypes de tous ceux qui sont montés dans le combi de Pierre Chanal. Les mitotypes de toutes les personnes susceptibles d’être montées dans le combi (enquêteurs, membres du para club) sont donc établis puis comparés avec ceux existants dans le dossier.

Les résultats montrent qu’aucune de ces personnes n’avait un ADN mitochondrial similaire à celui de Patrice Denis et à celui de Patrick Gache. En revanche, l’ADN mitochondrial de Jean-Marc R., était identique à celui de Pascal Sergent et donc de Trevor O’keeffe.

chanal disparus de mourmelon ADN mitochondrialPour justifier la présence de ces ADN, Pierre Chanal explique au cours de ses auditions avoir pris des auto-stoppeurs ou avoir eu des relations sexuelles avec des prostituées dans son combi. Les enquêteurs ne trouvent pas les déclarations de Pierre Chanal convaincantes et excluent l’hypothèse selon laquelle Pierre Chanal a eu des relations sexuelles « normales et consentantes ». Or si Pierre Chanal n’a pas eu de relations sexuelles avec des partenaires consentants, d’où proviennent les cheveux présents dans le matelas en mousse ? Pour les magistrats, cette analyse ADN est une charge supplémentaire concernant les dossiers de Patrick Gache et Patrice Denis qui ont un ADN mitochondrial peu fréquent.

La défense demande une contre-expertise mais les prélèvements sont fortement dégradés et les experts ne peuvent pas réaliser leur mission complètement. Toutefois, pour les prélèvements qui peuvent encore être analysés, les résultats sont identiques à ceux de leurs confrères de Nantes. La défense adoptera ensuite une autre stratégie en expliquant que le matelas en mousse avait été récupéré par Chanal dans une décharge et qu’il pouvait donc y avoir des éléments pileux déjà présents sur le matelas.

livre de Me Buffard les disparus de mourmelon ADN mitochondrialPour discréditer la valeur de ces résultats, la défense essaiera de mettre en doute la fiabilité des analyses ou se livrera à des calculs probabilistes trompeurs. Dans son livre « Mort d’un présumé innocent » Me André Buffart sème le doute :

[pull_quote_center] A considérer même, et en dépit des observations précédentes, que ladite comparaison soit fiable, on peut dès lors constater que seulement en France, 36000 personnes sont porteuses du même ADN et donc plusieurs centaines de milliers en Europe et plusieurs millions dans le monde [/pull_quote_center]

proba disparus de mourmelonL’interprétation est piégeuse car la défense fixe une population d’intérêt bien trop grande. Or, ce n’est pas le rôle de la défense de fixer cette population d’intérêt. Pour évaluer la portée des résultats des analyses ADN, le seul canevas d’inférence possible est le théorème de Bayes. L’élément de preuve est alors apprécié à sa juste valeur en regard des éléments du dossier. Dans ce cas, seul le juge peut fixer la population d’intérêt pour évaluer la portée des conclusions émises par les experts. C’est donc au juge de déterminer le nombre de personnes qui ont pu rentrer en contact avec le matelas en mousse du combi Volkswagen. Si par exemple le juge, considère qu’une dizaine de personnes sont rentrées en contact avec le matelas, l’hypothèse selon laquelle Pierre Chanal aurait transporté les victimes dans son combi est renforcée de manière très forte.

Suite aux résultats de l’analyse des éléments pileux (ADN mitochondrial révélé) et des analyses de terre, le magistrat considère qu’il existe suffisamment de charges pour renvoyer Pierre Chanal devant les assises pour la séquestration et l’assassinat de Patrice Denis, Patrick Gache et Trevor O’Keeffe. Pour les cinq autres disparus, la justice rend un non lieu pour absences de preuves.

moisan adn mitochondrial disparus de mourmelonPour plus de détail sur l’expertise en génétique de l’affaire Chanal, consulter l’Interview du professeur Moisan, expert en génétique. Le professeur Moisan, directeur de l’Institut de Génétique de Nantes Atlantique (IGNA), répond à nos questions sur l’IGNA, l’ADN mitochondrial, l’affaire des disparus de Mourmelon, ou encore sur les évolutions envisageables de la génétique.

Lire la suite