Témoignage de Marie, chargée de l’exploitation vidéo dans un SRITT

SRITT exploitation traces numériquesTémoignage de Marie (30 ans) Technicien de police technique et scientifique, chargée de l’exploitation vidéo dans un SRITT

Depuis combien de temps travaillez-vous dans la police technique et scientifique ?
Cela fait trois ans.

Quel est votre diplôme ou niveau d’étude ?
Je possède une maîtrise de génétique, de biologie cellulaire et moléculaire et une spécialisation en sciences forensiques.

En quoi consiste votre travail au sein du SRITT ?
J’exploite principalement des supports vidéos (analogiques et numériques).

Quelle est la partie préférée de votre travail ?
J’aime mettre à profit les connaissances de chacun pour trouver une solution aux demandes des enquêteurs.

Quels sont les plus grands inconvénients de votre métier ?
L’évolution professionnelle est mal organisée et la police technique et scientifique manque de moyens et de personnels. Il y a aussi un manque d’uniformité des services en France.

Quels sont les types de dossier que vous gérez ?
Je suis amenée à traiter tous types d’infractions de nature délictuelles ou criminelles.

Réalisez-vous des constatations sur le terrain ?
Oui à la demande du magistrat lorsqu’il s’agit de reconstitutions, ou du directeur d’enquête pour filmer une scène de crime. Je me déplace aussi pour prélever/extraire du matériel vidéo.

Etes-vous informé de l’aboutissement de vos dossiers ?
Malheureusement pas toujours.

Y a-t-il au sein du SRITT, de grosses différences entre un Ingénieur, un Technicien et un ASPTS (tâches attribuées notamment) ?
Il n’existe pas de poste d’Ingénieur en vidéo. Sinon, il y a surtout une différence de salaire.

Quels sont les appareillages que vous utilisez au sein du SRITT lors de vos analyses ?
Des ordinateurs, des caméscopes, des lecteurs mini DV, DVD, Blue ray, K7 VHS, H18

Avez-vous déjà participé à des actions de formation ou à des conférences ?
Pas jusqu’à ce jour, mais ça viendra !