Interview d’un Technicien de Police Technique et Scientifique

Damien P, Technicien de Police Technique et Scientifique au sein d’un Service Régional d’Identité Judiciaire a bien voulu répondre à de nombreuses questions que se posent la plupart des internautes sur le véritable métier de la Police Technique et Scientifique en France.
Quand est-ce que la Police Scientifique intervient ?

La Police Technique et Scientifique intervient sur un très grand nombre d’affaires, quelles soient criminelles ou délictuelles. Dès lors que la Police Nationale a besoin de récolter des traces et indices sur une scène, elle fait appel à la Police Scientifique. Dans de nombreux cas, la Police requiert le laboratoire à des fins d’identifications (identification par l’ADN, identification par traces papillaires, identification d’une arme à feu, identification d’un produit de coupage d’une drogue, identification des composants d’une ceinture explosive etc.)

Quelles sont ses principales missions ?
  • Protection des traces et indices
  • Fixation des lieux par la prise de vues numériques et la prise de côtes pour l’établissement d’un plan des lieux.
  • Collecter les différentes traces et indices sur une scène de crime
  • Analyser et exploiter les différents éléments récoltés
  • Identifier des individus, des armes, des éléments balistiques
  • Mettre en évidence des contrefaçons ou falsifications
  • Établir la carte de visite d’un produit stupéfiant (composition, produit de coupage, provenance, profilage)
  • Alimenter les différents fichiers (notamment le Fichier National des Empreintes Génétique FNAEG et le Fichier Automatisé des Empreintes Digitales FAED)
  • De témoigner devant une juridiction en tant qu’expert ou premier intervenant

De façon général, la principale mission de la Police Technique et Scientifique est tout simplement de mettre tout en œuvre à fin qu’une trace et indice récoltée puisse devenir un élément de preuve au tribunal.

Comment est organisée la Police Scientifique en France ?

La Police Technique et Scientifique est déployée aussi bien sur le territoire métropolitain que sur les territoires des DOM TOM dans différentes structures plus ou moins importantes. Il y a par exemple le Service Central d’Identité Judiciaire (S.C.I.J) à Ecully (69), les Services Régionaux d’Identité Judiciaire (S.R.I.J), les Services Locaux de Polices Techniques et Scientifiques (S.L.P.T), les Services Locaux d’Identité Judiciaire (S.L.I.J), les Brigades de Police Technique et Scientifique (B.P.T.S), les Groupes d’Enquête Criminalistique (G.E.C). A côté de tous ces services d’interventions, il y a également l’Institut National de la Police Scientifique (I.N.P.S) déployés sur cinq sites (2 sur Paris, Lille, Lyon, Marseille et Toulouse) ou encore l’Institut de Recherche Criminalistique de la Gendarmerie Nationale (I.R.C.G.N) implanté depuis 2015 à Pontoise (95)

Il n’y a pas vraiment de « journée type ». Il peut y avoir des journées assez « calmes », comme des journées très «intenses »

A quoi ressemble une journée type dans les services de Police Technique et Scientifique ?

Il n’y a pas vraiment de « journée type ». Il peut y avoir des journées assez « calmes », comme des journées très «intenses ». En fonction du site d’affectation, les fonctionnaires de la Police Scientifique peuvent être appelés par un Officier de Police Judiciaire aussi bien sur des scènes délictuelles (telles que des cambriolages, vols de véhicule, dégradations, trafic de stupéfiants etc.), sur des scènes criminelles (homicides, viols etc.), sur des scènes de catastrophes de masse (exemple des attentats de Paris en 2015, du tsunami en Thaïlande en 2004, du crash du RIO-PARIS en 2009, du crash d’avion Germanwings en 2015, l’accident ferroviaire à Brétigny-sur-Orge en 2013 etc.), sur des scènes de morts suspectes (suicide, accidents sur la voie publique, mort inexpliquée etc.).

L’Officier de Police Judiciaire peut également solliciter l’Institut National de Police Scientifique pour effectuer des examens techniques spécifiques et complexes. Il peut s’agir d’analyses ADN, de recherche d’antécédents balistiques, d’analyse de contrefaçons ou de falsifications de documents sécurisés (documents d’identité, chèques, billets de banque, carte grise etc.), de déterminer l’intervalle post-mortem grâce à l’entomologie médico-légale, d’analyser des fibres ou morceaux de verre ou encore évaluer la concentration d’algues microscopique dans un échantillon d’eau prélever dans un étang dans lequel a été découvert un corps. En réalité, il existe des milliers de raisons pour faire appel à la Police Scientifique.

Travaillez-vous seul ou bien avec d’autres collègues ?

En règle générale, les fonctionnaires de la Police Scientifique travaillent en équipe et ne se déplacent jamais seul sur une scène de crime. En revanche, nos collègues du laboratoire peuvent faire des tâches ne nécessitant pas plus d’une personne.

« Il s’agit d’un métier absolument passionnant où chaque affaire est unique »

Êtes-vous toujours dans un laboratoire ou allez-vous sur le terrain ?

Les fonctionnaires de terrain n’interviennent pas au laboratoire et inversement. Il existe quelques exceptions. Par exemple, Paris possède un laboratoire spécialisé dans les incendies et les explosions. Les fonctionnaires qui y travaillent se déplacent sur la quasi totalité des scènes d’incendie et d’explosion de Paris et petite couronne (75,93,93,94).

Quel niveau d’étude faut il avoir pour faire Police Scientifique ?

Il existe 3 grades dans la Police Technique et Scientifique :

Quelle formation avez-vous fait pour arriver jusqu’ici ?

Je suis titulaire d’un Master en Biologie Moléculaire et j’ai passé le concours de Technicien de Police Technique et Scientifique spécialité Identité judiciaire en externe en 2009.

Est-ce qu’il y a plusieurs formations pour faire police scientifique ? si oui lesquelles ?

Il n’existe pas vraiment de formation spécifique en France en ce qui concerne La Police Scientifique sur le terrain. Si vous souhaitez vous spécialiser au sein de l’I.N.P.S, comme la biologie, la physique-chimie, un diplôme universitaire d’au moins BAC+2 est indispensable.

A côté de cela, vous avez l’École des Sciences Criminelles de l’Université de Lausanne (UNIL) en Suisse qui est l’une des écoles les plus réputées et les plus prestigieuses au niveau international en matière de Police Scientifique.

Pour le concours de Technicien de Police Technique et Scientifique, il n’existe pas à ma connaissance de livres de préparation au concours. Toutefois, je sais que pour le concours d’Agent Spécialisé de Police Technique et Scientifique, il existe des livres de préparation au concours et également des cours de préparation au concours ASPTS.

Est-il possible pour des étudiants de faire des stages dans la Police Scientifique ?

Les stages sont possibles. Mais depuis quelques temps, avec les événements récents, les stages sont très peu accordés. Mais j’ai envie de vous dire « qui ne tente rien n’a rien … »

Pouvez-vous me donner l’âge moyen des personnes travaillant dans la Police Scientifique ?

C’est très simple, cela peut aller de 18 ans à 60 ans. Dans mon service par exemple, il y a deux effectifs de 24 ans, un de 28 ans, un de 30, trois de 35 ans et deux de 46 et 49 ans. Cette différence d’âge est extrêmement bénéfique pour le bon fonctionnement du service. Généralement on bénéficie de la sagesse et de la raison des plus anciens et de la vitalité et de l’ambition des nouveaux arrivants.

« Il y a énormément de possibilités au sein de la Police Scientifique »

Il y a-t-il des évolutions de carrière ? des formations continues ?

Il y a des évolutions au niveau des grades. Un ASPTS, Technicien de Police Technicien et Scientifique ou Ingénieur de Police Technique et Scientifique assez ancien peut prétendre à un avancement en tant que Principal (exemple ASPTS Principal). Dans certains cas, il peut également y avoir ce que l’on appel des passages « au choix » qui consiste à faire passer un ASPTS dans le corps des Techniciens ou un Technicien dans le corps des Ingénieurs.

Sans parler d’avancement, il y a énormément de possibilités au sein de la Police Scientifique. Il est possible par exemple de faire parti de l’Unité de Police pour l’Identification des Victimes de Catastrophes (UPIVC) notamment en cas de catastrophe de masse, partir en Grèce participer à des prises d’empreintes digitales grâce à l’agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne : FRONTEX, ou encore participer à la formation de policiers du monde entier en matière de Police Technique et Scientifique.

Concernant les formations, il y a un très grand nombre de choix chaque année et il y en a pour tous les goûts. Suivant notre service d’affectation, il est possible de se spécialiser dans la gestion des scènes d’incendie, dans la réalisation de portraits robot, dans la captation des odeurs sur des objets, ou encore être formé à l’étranger dans des techniques extrêmement pointus comme les nouvelles technologies par exemple.

Il y a-t-il beaucoup d’offres d’emploi ? Que cela soit dans le privé ou dans la fonction public ?

En règle générale, plus le grade est important, plus le nombre de places est restreint. Il y a des années où il n’y a aucun poste d’ingénieur ouvert. En ce qui concerne le privé, les places sont extrêmement peu nombreuses voire quasi inexistantes.

Cependant il existe des opportunités à l’étranger, qui sont très minces, mais fort intéressantes (ENFSI, Interpol, Fedpol, BKA etc.)

Pouvez-vous me donner une fourchette de salaire selon le niveau de degrés de qualification ?

Il existe des grilles spécifiques pour les salaires qui sont disponibles sur le site internet www.police-scientifique.com. En moyenne, il faut compter entre 1750 Euros pour un ASPTS, 1830 Euros pour un Technicien, 2320 Euros pour un Ingénieur (en début de carrière).

« Avoir un esprit assez curieux, être extrêmement rigoureux et savoir faire preuve de disponibilité »

Quelles qualités faut-il avoir pour rentrer dans la police scientifique ?

Mon avis est qu’il faut avoir un esprit assez curieux, être extrêmement rigoureux et savoir faire preuve de disponibilité. On sait quand est-ce que l’on commence mais jamais l’heure à laquelle on termine…

Quels sont les avantages de ce métier ?

Il s’agit d’un métier absolument passionnant où chaque affaire est unique. Le Technicien de Police Technique et Scientifique doit sans cesse s’adapter aux nouvelles technologies et aux nouveaux phénomènes de délinquance ou criminel. Même si cela peut-être assez compliqué, il est important que la Police Scientifique ait une longueur d’avance sur les criminels.

Quels sont les inconvénients de ce métier ?

Principalement le système de permanence et d’astreinte. En règle générale dans les services, le Technicien de Police Technique et Scientifique est d’astreinte de nuit durant une semaine complète. C’est pourquoi, il est parfois difficile de se lever à 3h de matin pour un incendie criminel, enchaîner une journée de travail et être rappeler le soir à minuit pour un homicide sur la voie publique…

Qu’est-ce qu’il vous plaît dans ce métier ?

La diversité des tâches qui m’incombent :

  • Faire de la formation
  • Intervenir sur des scènes de crimes
  • Prendre des photographies
  • Participer à des autopsies
  • Faire des recherches de traces digitales avec divers procédés physiques, chimiques et physico-chimique
  • Participer à des stages extrêmement intéressants
  • Analyser des réseaux criminels en relation avec les services enquêteurs
  • Être en relation avec un grand nombre de personne (effectifs du service, hiérarchie, médecins légistes, officiers de police judiciaire, experts à l’INPS, magistrats, etc.)
  • Pouvoir partir à l’étranger me former à de nouvelles techniques ou former d’autres collègues

© Réalisé le 22/03/2016 par www.police-scientifique.com, tous droits réservés