Ted Bundy – Les dents du tueur

Les dents du tueur – les traces et indices suite au carnage du « Chi omega »

Après son arrestation à Pensacola, Bundy est suspecté du carnage à la résidence étudiante « Chi omega » où un homme est passé de chambre en chambre avec une matraque et a tué deux jeunes filles, Lisa Levy et Margaret Bowman. Quatre jeunes filles ont été tabassées et deux en sont mortes. A quelques maisons de cette résidence, une autre victime, Cheryl Thomas a été sévèrement battue mais a survécu.

Lors des constatations, les experts de la scène de crime ont découverts de nombreuses traces dont du sang, du sperme, des cheveux et une cagoule. Mais la trace la plus accablante pour l’auteur est sans doute la trace de morsure observée et photographiée sur le corps de Lisa Levy. En vue du procès, il faut effectuer une comparaison entre la trace de morsure et les empreintes dentaires de Bundy.

Il faut donc établir des photographies de ses dents et un moulage dentaire. Pour réaliser la photographie et le moulage, six hommes sont employés pour le maintenir dans sa cellule.

Le procès

victime bundy cheryl thomas police scientifiqueLe procès débute le 25 juin 1979 à Miami. Dès le début du procès, la nature des crimes va profondément affecter le jury. Des photographies de la scène de crime sont présentées et la vision de la sauvagerie de l’attaque rend le jury malade. Le jury voit en effet des lits et des piles de vêtements ensanglantés, la tête fracassée de Margaret Bowman ou encore la bouteille de laque pour les cheveux qui a été utilisée pour sodomiser Lisa Levy. Les témoignages poignants vont ensuite suivre. Les deux survivantes de l’attaque, Karen Chandler et Kathy Klein témoignent de la violence de l’attaque et des coups qu’elles ont subis. Cheryl Thomas, la dernière victime qui a survécu à la nuit meurtrière du 14 janvier témoigne :

[pull_quote_center]J’ai eu cinq fractures du crâne et des multiples contusions dans ma tête, un nerf a été abîmé et j’ai perdu l’audition de l’oreille gauche et mon équilibre, j’ai eu la mâchoire brisée et l’épaule déboîtée [/pull_quote_center]

victime Bundy Nita NearyAucune des survivantes des agressions n’a vu son agresseur. En revanche, le témoignage de Nita Neary est accablant car lors du procès elle dit reconnaître Ted Bundy comme étant l’homme qu’elle a vu partir de la résidence Chi Omega.

Après ces témoignages à charge, c’est le témoignage des experts, et notamment des experts en odontologie, qui va porter le coup de grâce à Bundy.

Les premiers experts

La première intervention importante est celle de l’expert qui a analysé le collant retrouvé dans la chambre de Cheryl Thomas et qui avait été utilisé comme masque pour l’agresseur. L’expert Pat Lasko du Fédéral Department of Law Enforcement (FDLE) témoigne avoir trouvé dans la cagoule deux cheveux microscopiquement similaires à ceux de Ted Bundy. Questionné par la défense, le technicien concède qu’il n’a pas examiné les cheveux de chaque personne sur terre et donc qu’il ne peut pas dire de manière absolue que les deux cheveux proviennent de M. Bundy. Mais l’expert reste ferme sur le résultat de son analyse en expliquant :

« ces cheveux viennent de Bundy ou de quelqu’un d’autre qui a la même structure de cheveux et qui s’est rendu dans l’appartement de Cheryl Thomas »

La morsure fatale

trace de morsure Bundy Police scientifiqueDans ce procès, les indices les plus difficiles à exploiter et présenter sont des traces inhabituelles : les traces de morsures sur les fesses de Lisa Levy. Les experts en odontologie pensent que les dents humaines présentent des caractéristiques presque aussi uniques que des empreintes digitales et sont d’habitude aussi simples à analyser que des échantillons de cheveux. Lorsque de bonnes conditions d’observations d’une trace sont réunies, l’odontologue peut dire avec un degré de certitude raisonnable si oui ou non une dentition spécifique est à l’origine d’une trace de morsure. Comme il est impossible de travailler sur la morsure originale, les experts travaillent sur des photographies. Dans le cas de Lisa Levy, la photographie était de bonne qualité et comprenait un test millimétré qui permettait de travailler à l’échelle.

Le premier expert cité est le docteur Richard Souviron de Miami. Celui-ci témoigne que Lisa Levy a été mordue deux fois. L’auteur a mordu une première fois puis a tourné latéralement les dents du bas avec la mâchoire supérieure fixée et a mordu une deuxième fois. Le docteur indique donc aux jurés que la mâchoire supérieure a laissé une seule trace et que la mâchoire inférieure en a laissé deux. Les traces les plus exploitables sont les deux rangées de rougeurs (contusions) en forme de demi-anneau qui ont été laissées par les dents de la mâchoire inférieure.

Richard Souviron au procès du chi omegaPour faire sa démonstration, l’expert utilise deux agrandissements photographiques couleur de la trace de morsure et de la dentition de Bundy. Sur la photographie de la trace de morsure, le docteur montre la structure, l’alignement, la taille et les facteurs de netteté des prémolaires et des incisives. Trois rayures sont visibles en haut de la trace de morsure, et le docteur Souviron explique que ces rayures sont cohérentes avec les dents de la mâchoire supérieure de Bundy qui auraient glissé le long de la peau. Le docteur explique ensuite que pour les traces des dents de la mâchoire inférieure, une personne ayant une dentition parfaite aurait laissé quatre marques rectangulaires similaires, toutes sur le même demi-anneau. La morsure sur Lisa Levy montre que les dents ne sont pas parfaites, qu’il y a un décalage entre les quatre incisives du bas et que les deux dents canines extérieures sont biseautées et fortement inclinées, exactement les caractéristiques de la dentition de Bundy.

Le docteur Lowell Levine, responsable du service d’odontostomatologie du centre médical de New York, est appelé à témoigner. Celui-ci explique que d’après la position des traces de morsures, la victime était morte ou en phase terminale au moment de la morsure. Pour le docteur :

[quote_center]C’est pratiquement impossible de trouver une autre dentition capable de laisser ces traces[/quote_center]

moulage dents ted bundy police scientifiqueLes moulages qui ont été faits sur les dents de Bundy viendront illustrer la démonstration des deux experts. De plus, des marques de morsure ont été réalisées (avec le moulage des dents de Bundy) dans de la cire pour établir une comparaison avec la trace de morsure observée sur la fesse. Comme vont l’expliquer les scientifiques, les similitudes sont frappantes. A l’audience, la question est posée à chaque expert « Pouvez vous identifier l’individu qui a mordu Lisa Levy ? ». Les deux experts vont répondre sans hésiter :

[quote_center]Théodore Robert Bundy[/quote_center]

La défense essaie tant bien que mal de dénaturer ces preuves matérielles et de mettre le doute aux jurés sur cette technique peu banale. Souviron est interrogé sur la nature subjective de l’odontologie. Celui-ci assure avoir fait des expériences avec des modèles de dents et qu’il a standardisé son analyse. Voyant que la démonstration est implacable, la défense va se contenter de citer un contre expert, le docteur Dwayne Devore, qui expliquera que la dentition de Bundy n’est pas forcement unique.

Les dernières cartes de la défense

La défense avance l’exploitation d’une trace qui selon eux peut exclure leur client des assauts. Lors des constatations dans la chambre de la dernière victime du carnage, du sperme est retrouvé dans le lit Cheryl Thomas. Ce sperme a été analysé par le docteur Richard Stephens sérologiste au FDLE. Ce scientifique a cherché le groupe sanguin du propriétaire. Mais à partir de l’échantillon de la trace de sperme, aucun groupe sanguin n’a pu être déterminé et le résultat était « non concluant ».

ted bundy chi omega police technique et scientifique 1La défense convoque l’expert Michael Grubb de l’institut de Forensic Science d’Oakland en Californie. Celui-ci dit avoir analysé un échantillon de sperme de Ted Bundy et il explique que Bundy est un individu « sécréteur ». L’analyse de certaines traces d’un individu sécréteur comme la salive, le sperme ou la sueur permet de retrouver son groupe sanguin. Ainsi, Michael Grubb a pu déterminer le groupe sanguin de Ted Bundy qui est O. L’expert explique ensuite que l’analyse de Richard Stephens du FDLE aurait du être « positive » et que s’il s’agissait du sperme de Ted Bundy le docteur aurait du pouvoir déterminer le groupe sanguin O. Il essaye de semer le doute en expliquant que ce sperme pourrait appartenir à l’agresseur qui ne serait pas Ted Bundy.

En fait, Richard Stephens dira plus tard que le résultat « non concluant » ne peut exclure personne car ce résultat est parfois donné lorsque des traces de petites quantité ne permettent pas d’obtenir le groupe sanguin même chez un individu sécréteur.

Le témoignage du Dr Grubb n’aura pas l’effet attendu d’autant plus que l’accusation n’a pas mis en avant ces traces.

Le verdict

Le 24 juillet 1979, 7 jurés sur 12 déclarent Théodore Robert Bundy coupable du double meurtre de Lisa Levy et Margaret Bowman et des agressions de Kathy Klein, Karen Chandler et Cheryl Thomas.
Le 31 juillet 1979, le juge Cowart condamne Ted Bundy à la mort par électrocution.

Lire la suite