ADN – Présentation

adn www.police-scientifique.comL’ADN ou acide désoxyribonucléique est la nouvelle star de la police scientifique. Et pour le prouver, il suffit de jeter un œil sur les statistiques des laboratoires de police scientifique français. Les deux dernières années, près de 64% des dossiers “traces” étaient traités par la section biologie et concernaient des analyses génétiques. En 2012, on dénombrait ainsi 35816 dossiers traces pour un total de 56069 dossiers traités par l’INPS.

Cette molécule présente dans la quasi totalité des cellules humaines a révolutionné une partie de la PTS. Bien que la finalité du travail des experts en scène de crime reste identique, on peut difficilement imaginer une enquête criminelle sans l’utilisation de ce puissant outil. Combien sont-elles ces affaires qui n’auraient sans doute jamais abouties sans la découverte et l’identification d’un profil génétique ? Parmi les plus célèbres on peut citer :

Mais l’outil ADN va bien au delà des ces affaires médiatiques puisqu’il permet d’aider les enquêteurs dans la résolution des petits délits du quotidien comme de simples vols à la roulotte ou cambriolages.

Conviction police scientifiqueL’ADN permet aussi la réouverture de “Cold Case” ou d’affaires pour lesquelles un innocent croupissait derrière les barreaux. L’organisation Américaine “Innocence project” exploite à merveille les possibilités de l’ADN pour traiter des Cold Case. Depuis sa création en 1992, et souvent grâce à l’utilisation de l’ADN, 300 innocents ont été libérés dont 18 condamnés à mort. Le film “conviction” réalisé par Tony Goldwyn illustre ce combat mené par des innocents pour retrouver leur liberté. En France, la réhabilitation de Marc Machin après plus de six années passées en prison, a été en grande partie favorisée par une trace ADN. Celle-ci a conduit à la condamnation du vrai coupable, David Sagno, à 30 ans de réclusion criminelle en février 2012.


Reste que la technique ADN doit être utilisée avec prudence, méthode, rigueur et avec de nombreuses compétences techniques et scientifiques. Par le passé de graves dysfonctionnements ont pu être constatés comme lors de l’affaire du tueur fantôme de Heilbronn ou lors de l’affaire Treiber. Pour minimiser les risques, des protocoles stricts sont respectés lors de la collecte et lors de l’analyse des traces. L’interprétation des résultats s’effectue à l’aide d’un modèle statistique rigoureux, l’approche Bayésienne.

www.police-scientifique.com adnPassées ces précautions indispensables, l’ADN est devenu au cours de ces deux dernières décennies le nouvel élément matériel phare de l’enquête policière. En France, la création du FNAEG, par la loi du 17 juin 1998, n’a fait qu’amplifier la dépendance à cette molécule. Pour comprendre cette ascension, il faut tout d’abord revenir sur les énormes progrès de la génétique moléculaire du XXèmesiècle et se pencher sur la structure et la composition de cette molécule. La police scientifique a beaucoup progressé dans le traitement de cette trace biologique depuis ses débuts il y a plus de vingt ans : dans les méthodes d’analyses, dans l’utilisation de l’ADN mitochondrial et enfin dans l’exploitation et la meilleure interprétation des résultats. La révolution génétique est en marche et ce n’est sans doute que le début…

Pour approfondir : 

Preuve par l’ADN : La génétique au service de la justice Broché – 15 mai 2013

Preuve par l'ADNL’utilisation et l’exploitation de la preuve par l’ADN sont une discipline complexe, demandant la maîtrise de notions solides en génétique, police scientifique, statistique et éthique. C’est à la découverte de ce très médiatique domaine que les auteurs, spécialistes confirmés au bénéfice de nombreuses années d’expérience, invitent le lecteur. En rédigeant chaque chapitre avec deux niveaux de lecture différents, ils offrent un ouvrage fluide, exhaustif et clairement structuré. Le profane y trouvera un texte rédigé en termes simples, illustré d’exemples et de schémas accessibles à tous. Le lecteur spécialiste y trouvera des encadrés, des annexes de chapitres développant les aspects les plus pointus avec la terminologie spécialisée, ainsi que les références appropriées à la littérature scientifique. Cette troisième édition, entièrement revue et augmentée, détaille la description des analyses permettant d’identifier la nature des traces, voire des détails morphologiques ou ethniques des personnes qui les ont laissées. Les sections relatives à l’exploitation rationnelle des résultats et à l’estimation de leur valeur ont également été développées. Commander ici.

Lire la suite