Affaire Grégory – Les expertises en écriture

Les expertises en écriture

On peut considérer deux aspects de l’expertise : l’expertise matérielle (examens techniques et scientifiques du support) et l’expertise en comparaison d’écriture. Cinq écrits sont recensés entre le 4 mars 1983 et le 24 juillet 1985 mais la dernière lettre reçue le 25 juillet par Monique Villemin n’a pas été étudiée par les experts. Trois écrits sont en lettres majuscules (les deux premiers et le dernier) et deux en écriture cursive.

L’expertise matérielle :

Les supports en tant que tels (papier, encre) n’ont pas ou peu été étudiés.
Le 30 octobre 1984, à Nancy, le juge Lambert et l’état major de la gendarmerie se réunissent pour faire le point des avancées de l’enquête. Deux experts en écriture, Annie Jacquin-Keller et Marie-Jeanne Berrichon-Sedeyn, sont aussi conviés à cette réunion. Le premier expert désigné par le juge, Mme Jacquin-Keller, explique avoir observé un foulage sur la lettre de revendication du crime. Un gendarme de la Section de Recherche de Metz, Denis Klein, expert en écriture a été convié pour mettre en évidence ce foulage, ce qu’il fait avec une lumière rasante. Lors de la réunion du 30 octobre, tous les participants (juge, greffier, gendarmes) observent ce foulage. Le procès verbal actant cette réunion sera annulé par la chambre d’accusation de Nancy quelques semaines plus tard, pour non respect du code de procédure pénale.

ESDA siteD’après le rapport du gendarme Klein chargé d’exploiter ce foulage, deux initiales sont visibles en bas de la lettre : un L majuscule calligraphique et un B majuscule typographique. Ces deux initiales L et B semblent correspondre parfaitement à la signature de Bernard Laroche. A l’aide d’un banc de reproduction et d’une lumière rasante, le foulage sera photographié par le gendarme Klein. Suivant les conseils des experts, le juge Lambert demandera ensuite l’expertise de cette lettre à un laboratoire allemand du « BundesKriminalAmt » (bureau criminel fédéral) équipé d’un appareil nommé l’ESDA, permettant de mettre en évidence les foulages.

Le 12 novembre 1984, le gendarme envoie au juge les photographies du foulage accompagné de son rapport précisant :

« les éléments de foulage observés par la majorité des personnels présents le 30 octobre 1984 à la section de recherches de Nancy, juxtaposés aux documents fournis par M. Laroche Bernard, laisse apparaître des similitudes graphiques »

ninydrine siteLes photographies de ce foulage seront perdues et ne figureront jamais dans le dossier. Lors de la poursuite de l’instruction par le nouveau juge d’instruction Simon, le Juge Lambert sera auditionné concernant l’absence des photographies dans le dossier mais il ne pourra justifier de ce qu’elles sont devenues. Le 12 septembre 1988, le gendarme Klein remettra au juge Simon une copie de son rapport ainsi que trois photographies du foulage. Sur cette même lettre de revendication du crime, une recherche de traces papillaires a été effectuée avec de la poudre magnétique. Cet acte est difficilement compréhensible car la poudre dactyloscopique ne permet pas de révéler des traces sur des support poreux.

La recherche de traces était donc vouée à l’échec. D’autres produits auraient pu être utilisés comme la ninhydrine connue et utilisée depuis 1954. A cause de cette recherche, le laboratoire allemand jugera la lettre inexploitable. Le passage à la poudre a altéré le document et rendu impossible l’utilisation de l’ESDA qui permet la recherche et la mise en évidence de foulage.

Les lettres du corbeau ont été peu et mal exploités. Celles-ci auraient pu faire l’objet de nombreux examens :

  • recherche de traces papillaires à la ninhydrine,
  • recherche des foulages avec l’ESDA,
  • étude des caractéristiques physique et chimique du papier, des enveloppes, des encres.

Les carences dans le traitement de ces documents et dans l’utilisation de la police technique et scientifique ont grandement fragilisé l’enquête. Pour rappel du contexte de l’époque, au début des années 1980, la France avait complètement laissé en désuétude les laboratoires de police. En 1985, on comptait 35 scientifiques dans ces laboratoires alors que des pays comme la Grande-Bretagne en comptaient 900. Cette affaire a participé à une prise de conscience collective sur le besoin impératif de moderniser la police technique et scientifique Française.

Les expertises en écriture manuscrite

Cinq écrits sont recensés entre le 4 mars 1983 et le 24 juillet 1985. Les quatre premiers seront étudiés par les différents experts.

ecriture-sitePour identifier le scripteur, plus de dix experts agréés par une cour d’appel ou par la Cour de Cassation seront nommés dans ce dossier. Le premier expert, le colonel Antoine Argoud sera nommé le lendemain de la mort de Grégory et celui-ci désignera Roger Jacquel, père de Liliane Jacquel et beau père de Jackie Villemin (cf arbre généalogique), comme étant l’auteur des lettres. Les deux experts suivants, Mme Jacquin-Keller et Mme Berrichon-Sedeyn concluent à une grande similitude entre les écrits du corbeau et les dictées de Bernard Laroche. Les sept experts suivants Alain Buquet, Françoise de Ricci d’Arnoux, Jean Glenisson, Roger Laufer, Paul Ourliac, Eliane Petit de Mirbeck, et Géneviève Gille, tous agréés par la cour de cassation, identifient en étant plus ou moins catégoriques, Christine Villemin. Enfin, le gendarme Denis Klein, expert en écriture près de la Cour d’Appel de Metz sera désigné à quatre reprises par les juges Simon et Martin pour répondre à des questions spécifiques sur les écritures incriminées.

Voici les conclusions des experts et collèges d’experts :

1. Antoine Argoud. Celui-ci désigne Roger Jacquel comme l’auteur des lettres du corbeau. Cependant au moment de son expertise, cet expert ne possède que l’écriture de Roger Jacquel comme écriture de comparaison.

Enveloppe 27-04-1983 affaire gregory police scientifique2. Mme Jacquin-Keller et Mme Berrichon-Sedeyn. Les deux experts travaillent sur les mêmes pièces de question soit les quatre premières lettres du corbeau et sur les mêmes pièces de comparaison établies par 147 individus. Mme Jacquin-Keller est la première experte nommée. La conclusion de Mme Jacquin-Keller est que l’écriture du corbeau correspond à l’écriture de Bernard Laroche. Le deuxième expert, Mme Berrichon-Sedeyn examine le dossier pour la première fois lors de la réunion du 30 Octobre 1984 à Nancy. Elle se forge rapidement une opinion. Sollicitée par les gendarmes mais sans être réquisitionnée officiellement, elle donne son avis au juge Lambert dans un courrier envoyé deux jours plus tard le premier novembre 1984. Elle recevra par la suite une réquisition émanant de la gendarmerie lui demandant une expertise complète. Elle travaille alors sur les mêmes pièces de question et de comparaison que Mme Jacquin-Keller et aboutit à la même conclusion.

3. Premier collège d’expert : Alain Buquet et Françoise de Ricci d’Arnoux. Ce collège d’expert estime que les lettres ont été écrites de la main droite. Pour eux, l’écriture qui présente le moins de discordances avec l’écriture du corbeau est celle de Mme Christine Villemin qui possède 23,4% d’incompatibilité. L’écriture de Bernard Laroche présente 58,33% d’incompatibilité avec l’écriture du corbeau et arrive en cinquième position sur la liste de ces deux experts.

4. Deuxième collège d’expert : Jean Glenisson et Roger Laufer. Ces experts estiment que les lettres ont été écrites de la main gauche mais par un droitier. Ils concluent que :

[quote_center] »Mme Christine Villemin est l’auteur des quatre écrits anonymes et des trois enveloppes attenantes »[/quote_center]

« des analogies avec l’écriture cursive de Bernard Laroche et les pièces en question mais aucune de ces analogies n’est décisive »

« des incompatibilités entre l’écriture typographique de Bernard Laroche et l’écriture du corbeau »

 
5. Troisième collège d’expert : Paul Ourliac, Eliane Petit de Mirbeck et Géneviève Gille. Ce collège d’expert travaille uniquement sur la lettre de revendication du crime , son enveloppe et sur des écrits de comparaison. Les experts pensent qu’il s’agit d’une rédaction d’une main gauche effectuée par un droitier ou un gaucher. Ils excluent avec certitude l’écriture de Bernard Laroche et de sept autres personnes (dont Marie-Ange Laroche, Roger Jacquel et Jean Marie Villemin) et concluent qu’il existe des :

« présomptions graves et suffisamment concordantes pour attribuer à Mme Christine Villemin les documents litigieux« 

6. Denis Klein. Celui-ci donnera répondra aux questions précises du juge d’instruction dans quatre expertises distinctes. Ses conclusions seront les suivantes :

  •  » les mentions manuscrites de la lettre de revendication du crime ne sont pas l’œuvre de la main de Madame Louisette Jacob « 
  • « l’ensemble des documents anonymes émane d’un seul auteur, adulte, ayant une écriture habituelle en cursive, inclinée vers la droite. Ce dernier a manuscrit certains documents avec une main gauche particulièrement adroite (les documents en écriture cursive) et d’autres avec la main droite en prenant soin de « masquer » son graphisme usuel. Il nous est impossible de définir le sexe du scripteur des documents de question. »
  • « l’ensemble des documents fournis par le juge, les quatre enveloppes et les cinq écrits (dont la lettre du 24 juillet 1985), émanent vraisemblablement d’un seul scripteur. »
  • « Suite à des analyses scientifiques très approfondies, et ce à l’aide de moyens sophistiqués inexploitables au moment du dépôt des précédents rapports, nous pouvons affirmer que  la lettre et l’enveloppe du 24 juillet 1985 émanent de la main d’une tierce personne. » « Les scripteurs Ginette et Michel Villemin sont à mettre hors de cause », « Il existe de nombreuses concordances entre l’écriture de Christine Villemin et la lettre du 27 avril 1983, écrite en caractère typographique, mais il existe quelques différences qui ne permettent pas d’affirmer qu’il s’agit de l’écriture de Christine Villemin », « Malgré les quelques rares divergences graphiques observées dans l’écriture de Monsieur Bernard Laroche, les nombreuses concordances de forme nous permettent de lui attribuer les documents manuscrits en cursives.« 

Dans ce dernier rapport adressé au juge Martin et daté du 10 décembre 1991, l’auteur rappelle l’existence d’un foulage sur la lettre de revendication du crime, un L majuscule calligraphique et un B majuscule typographique. L’expert Klein transmet son rapport initial et les photographies de ce foulage.

Dans une instruction, le code de procédure pénale stipule que seul le juge d’instruction peut désigner un expert par voie d’ordonnance. Or, les trois premiers experts sont directement nommés par les gendarmes. Les gendarmes expliqueront plus tard que malgré leur demande le juge Lambert n’estimait pas nécessaire de délivrer une ordonnance de commission d’expert. Les trois premières expertises réalisées par Antoine Argoud, Mme Jacquin-Keller et Mme Berrichon-Sedeyn sont donc annulées pour non respect de la procédure pénale.

Les trois autres collèges d’expert sont régulièrement nommés et leurs rapports sont joints au dossier. Leurs différentes études accablent Christine Villemin et sont la principale charge contre la mère de Grégory, qui depuis l’arrêt de non-lieu de février 1993, a été mis totalement hors de cause.

L’analyse comparative de ces rapports montre des divergences et des contradictions dans les analyses. Aucune confrontation n’a cependant été réalisée entre les différents collèges d’expert. Peu avant son accident, le juge Simon avait décidé de réunir les différents experts en écriture pour confronter leurs points de vue. Cette confrontation n’aura jamais lieu et les rapports d’expertise en écriture resteront une charge pesant sur Christine Villemin. Mais quelle est la valeur de ces rapports ?

Valeur des expertises en écriture manuscrite

Les rapports des collèges d’experts ont constitué une charge grave contre Christine Villemin et il y a lieu de s’interroger sur la pertinence et la valeur scientifique d’examens en comparaison d’écritures manuscrites. Il est malheureux de constater que les rapports contiennent des fautes grossières, des termes inappropriés, des inexactitudes, des imprécisions et des conclusions discutables. Les auteurs mettent en avant certaines concordances entre un écrit et un scripteur mais omettent d’analyser les discordances pour ce même scripteur. Le rapport du premier collège d’expert fait état d’une étude de foulage (dans des conditions inadaptées) alors que les deux expertises suivantes ne font pas état d’analyse du papier et du foulage. Aucun de ces rapports ne détaille les conditions dans lesquelles les documents de comparaison ont été établis et recueillis. Les scripteurs devaient-ils recopier un texte, à quelle vitesse, dans quel contexte ?

christine villemin affaire gregory police scientifiqueLes experts n’ont pas travaillé sur les mêmes documents de question et de comparaison. Il devient donc difficile de comparer leurs rapports respectifs. Les experts ont-ils été  influencés par la conclusion du premier collège d’expert qui avait donné ses « convictions » lors d’une conférence de presse ? Les experts arrivent parfois à la même conclusion mais avec des contradictions dans leurs analyses. De plus, les méthodes d’analyse ou les degrés de certitude sont différents en fonction des experts. Il est très différent de conclure « Christine Villemin est l’auteur des lettres » ou « il existe des présomptions graves et suffisamment concordantes pour attribuer à Christine Villemin les documents litigieux » ou encore « l’écriture de Christine Villemin possède seulement 23,4% d’incompatibilité ». Quelle est donc la valeur de ces expertises en écriture ? Qui sont les experts en écriture en France ? Pour avoir la réponse à ces questions, consulter la page de reflexion concernant la valeur des expertises en comparaison d’écriture. Malheureusement, il existe de fortes carences dans la manière de recruter les experts en écriture qui sont parfois formés uniquement à la graphologie mais pas à l’expertise en comparaison d’écriture et à l’expertise scientifique des documents.

Dans l’affaire Grégory, les expertises en écriture  manuscrite ont joué un rôle fondamental. Pourtant la question de la valeur de ces expertises en écriture ne s’est pas réellement posée au cours de l’instruction. Aujourd’hui, on ne peut que constater l’échec de ces expertises.

Lire la suite